Le ministère allemand des Affaires étrangères a accusé mercredi Hanoï d'avoir orchestré l'enlèvement d'un demandeur d'asile vietnamien à Berlin et de l'avoir ramené de force dans son pays, où il fait l'objet de poursuites.

«Il n'y a aucun doute sur la participation des services de renseignement et de l'ambassade du Vietnam dans le kidnapping d'un ressortissant vietnamien à Berlin», a indiqué Martin Schäfer, porte-parole de la diplomatie allemande.

«L'enlèvement du ressortissant vietnamien Trin Xuan Tanh est une violation éclatante et sans précédent du droit allemand et international», a-t-il ajouté devant la presse, dénonçant un acte «inacceptable».

Poursuivi pour des délits financiers

M. Schäfer a annoncé que l'ambassadeur avait été convoqué au ministère mardi et que le représentant des services secrets vietnamiens en Allemagne avait été déclaré «persona non grata» et prié de quitter le pays dans les 48 heures.

Berlin réclame désormais que Trin Xuan Tanh puisse revenir en Allemagne pendant l'examen de sa demande d'asile.

Trin Xuan Tanh a été enlevé le 23 juillet à Berlin par des hommes armés, selon le journal allemand Taz, qui a révélé l'affaire dans son édition de mardi.

L'homme est un ex-responsable communiste poursuivi dans son pays pour des délits financiers. Il avait déposé une demande d'asile en Allemagne, qui devait encore être examinée.

Il est rentré «volontairement»

Le Vietnam insistait auprès de Berlin pour qu'elle lui livre l'ancien fonctionnaire. Selon M. Schäfer, ce cas a même fait l'objet de pourparlers en marge du G20 début juillet à Hambourg.

Toujours selon la même source, Trin Xuan Tanh serait apparu publiquement lundi au Vietnam pour assurer être rentré dans son pays volontairement, une version des faits à laquelle Berlin ne croit manifestement pas.

Selon l'agence allemande dpa, l'ancien responsable communiste est accusé d'avoir porté un préjudice de 125 millions d'euros à une société publique d'hydrocarbures dont il était le chef.

Agence France Presse - 2 août 2017