L'infirmière a été arrêtée en novembre dernier, à peine deux semaines après l'interdiction de la gestation pour autrui au Cambodge.

Tammy Davis-Charles a éclaté en sanglots à la lecture du verdict. Soupçonnée d'avoir recruté des femmes et d'avoir falsifié des documents pour obtenir des certificats de naissance pour les nouveaux-nés, l'infirmière de 49 ans a nié tout rôle d'organisatrice et expliqué avoir simplement prodigué des soins aux femmes enceintes. La justice lui reproche également d'avoir continué à exercer dans la clinique malgré l'interdiction de la GPA dans le pays.

La gestation pour autrui a littéralement explosé ces derniers mois au Cambodge après l'interdiction de la pratique dans la Thaïlande voisine en 2015, faisant suite à plusieurs scandales. De nombreux couples infertiles se sont alors tournés vers les mères porteuses cambodgiennes. Le pays offrait des prix très bas, en comparaison notamment aux Etats-Unis, et n'interdisait pas la GPA aux couples homosexuels ou aux célibataires.

La clinique dans laquelle exerçait l'infirmière faisait payer jusqu'à 50 000 dollars aux futurs parents, en majorité des couples australiens, environ 10 000 dollars étaient reversés à la mère porteuse, une fortune dans le pays où le salaire moyen annuel atteint 1 200 dollars. Dorénavant c'est au Laos voisin, encore plus pauvre, que la pratique semble se développer.

Radio France Internationale - 3 Août 2017