Arrêté le 30 juillet à l’aéroport de Rangoon alors qu’il allait à Bangkok, il avait été relâché sous caution. Il risque 3 ans de prison.

Agé de 40 ans, Swe Win dirige la rédaction du Myanmar Now, un média indépendant. C'est un journaliste d'investigation renommé : son enquête sur l'assassinat de l'avocat musulman Ko Ni avait permis l'arrestation de plusieurs suspects. Et le gouvernement birman l'a félicité lorsqu'il a révélé que deux jeunes filles étaient réduites en esclavage par une famille de la capitale.

En février dernier, Swe Win écrit sur Facebook que le moine extrémiste Wirathu a enfreint les règles du bouddhisme en félicitant les assassins de Ko Ni. Les partisans de Wirathu et de son mouvement Ma Ba Tha, récemment interdit par les autorités religieuses, se déchainent alors contre le journaliste, le menacent de mort, le molestent et déposent plusieurs plaintes en justice contre lui.

Suite à l'une de ces plaintes, Swe Win comparait ce lundi en vertu de l'article 66d de la loi sur les télécommunications, qui punit la diffamation sur les réseaux sociaux. Plus de 60 organisations birmanes et internationales de défense des droits de l'homme accusent ce texte de restreindre la liberté d'expression.

Une liberté de plus en plus malmenée en Birmanie : Swe Win est le cinquième journaliste arrêté en deux mois dans le pays.

Radio France Internationale - 7 Août 2017