Un ancien enfant-soldat a été arrêté en Birmanie pour avoir décrit dans une interview son enlèvement par la puissante armée birmane, a indiqué sa soeur. Il risque jusqu'à deux ans de prison.

Aung Ko Htwe a été embarqué par la police vendredi à Rangoun, peu après ses déclarations sur Radio Free Asia, a confirmé lundi sa soeur, Nay Zar Htun. «La police l'a interpellé en vertu de l'article 505b», relatif à la diffamation de l'armée, a-t-elle précisé.

Dans l'interview, il raconte comment il a été kidnappé par les militaires en 2005, alors qu'il avait 14 ans, pour y servir dans l'armée comme enfant soldat. Aucune confirmation de son arrestation n'a pu être obtenue auprès de la police, comme c'est souvent le cas en Birmanie.

Selon sa soeur, il est détenu à la fameuse prison Insein, où les dissidents étaient emprisonnés à l'époque de la junte. Son procès doit débuter le 1er septembre. «Il a toujours voulu raconter son histoire, pour que d'autres enfants ne connaissent pas le même sort», explique sa soeur.

Ils restent discrets

Officiellement, l'armée birmane n'enrôle plus d'enfants-soldats. Mais dans les zones où elle combat des groupes rebelles, des enfants-soldats seraient encore présents, des deux côtés, selon les analystes. Ce sont généralement de jeunes adultes désormais, incorporés dans les troupes quand ils étaient adolescents.

L'armée birmane en libère régulièrement, en partenariat avec l'Unicef. Mais ceux-ci restent généralement discrets. Les militaires gardent un rôle politique important en Birmanie malgré le passage de manettes officiel à un gouvernement civil dirigé par l'ex-opposante Aung San Suu Kyi.

Agence Télégraphique Suisse - 21 Août 2017