« Chaque fois que je regarde les informations, j’ai le cœur brisé face aux souffrances des musulmans rohingya de Birmanie. » Malala Yousafzai, la jeune Pakistanaise Prix Nobel de la paix 2014, a critiqué, lundi 4 septembre, son homologue birmane, Aung San Suu Kyi, pour son silence dans le drame des Rohingya, une minorité musulmane vivant en Birmanie et persécutée par le pouvoir.

« J’attends qu’elle en fasse de même »

« Ces dernières années, je n’ai cessé de condamner le traitement honteux dont ils font l’objet. J’attends toujours de ma collègue Prix Nobel Aung San Suu Kyi qu’elle en fasse de même », écrit Malala Yousafzai sur son compte Twitter, suivi par près de 850 000 personnes.

La jeune femme de 20 ans – qui s’apprête à devenir étudiante à Oxford, comme Aung San Suu Kyi quelques dizaines d’années plus tôt – a pris la tête des protestations internationales contre la persécution des Rohingya. Dans son message sur Twitter, Malala Yousafzai appelle notamment à « la fin des violences » et demande que d’autres pays, y compris, le sien, le Pakistan, suivent l’exemple du Bangladesh dans l’accueil des Rohingya « qui fuient la violence et la terreur en Birmanie ».

Aung San Suu Kyi, qui fut détenue puis assignée à résidence par la junte birmane au pouvoir jusqu’en novembre 2010, n’a en effet pas condamné les exactions commises contre les Rohingya. Son service de presse distille depuis dix jours photos de membres des forces de l’ordre tués à l’arme blanche et commentaires acerbes contre les médias internationaux, accusés de ne pas désigner systématiquement les attaquants rohingya comme des « terroristes ».

Visite du pape en novembre

Aung San Suu Kyi, qui limite ses apparitions publiques au minimum depuis son arrivée à la tête du gouvernement, au début de 2016, et ne parle quasi jamais à la presse, a reçu lundi la chef de la diplomatie indonésienne, Retno Marsudi, dépêchée en Birmanie pour tenter de mettre fin aux violences. « La violence et cette crise humanitaire doivent cesser immédiatement », avait lancé dimanche soir le président indonésien, Joko Widodo, en annonçant cette mission diplomatique.

Un message repris par les dirigeants des pays musulmans de la région, inquiets de la colère croissante de leur population. L’Iran, la Malaisie et le Pakistan ont réagi. Islamabad appelle notamment la Birmanie à enquêter sur les accusations d’atrocités commises contre les Rohingya, considérés par l’ONU comme une des minorités les plus persécutées au monde.

Le pape François se rendra en Birmanie à la fin de novembre et y rencontrera Aung San Suu Kyi. Il tentera à son tour, à l’instar de Malala Yousafzai, de sortir du silence l’ancienne égérie des droits humains.

Le Monde avec Agence France Presse - 4 septembre 2017

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/09/04/massacre-des-rohingya-la-prix-nobel-de-la-paix-malala-yousafzai-denonce-le-silence-d-aung-san-suu-kyi_5180865_3216.html#Ecoeiy5LRtC8w4l4.99