Cette arrestation crée un véritable séisme au Cambodge et dans la communauté Khmer mondiale.

Après 32 ans de pouvoir sans partage, Monsieur Hun Sen et son parti PPC, n'hésitent pas à recourir à des méthodes totalitaires contre tous ceux qui leur déplaisent:

les emprisonnements arbitraires,les assassinats politiques des défenseurs des droits de l'homme, de membres de la société civile, d'opposants politiques et élus sont monnaie courante.

La Communauté Khmer européenne se mobilise ce samedi pour demander:

- Le respect des « Accords de Paix de Paris sur le Cambodge du 23 octobre 1991 » dont la France et L’Indonésie étaient co-présidents;

- Le respect de la constitution du Cambodge;

- Le respect des Droits de l’Homme : Les libertés d’expression, de médias et de manifestations ;

- La libération de tous les prisonniers politiques dont M. Kem Sokha

L'Humanité - 7 Septembre 2017