rois personnes ont été tuées et des dizines de milliers de personnes évacuées au Vietnam lors du passage du typhon Doksuri. Le Vietnam a émis un avertissement de catégorie 4 sur une échelle de cinq niveaux pour ce 19e typhon de la saison en Asie, attendu comme le plus puissant depuis dix ans dans le pays.

Parmi les toirs victimes, figure notamment ne personne emportée par une rivière gonflée par les pluies dans la province de Hue.

Les écoles sont fermées, des vols annulés et les sorties en bateau interdites. Au total, près de 80.000 personnes ont été évacuées, dans les quatre provinces appelées à être les plus touchées, Quang Binh, Nghe An, Quang Tri et Ha Tinh. Dans cette dernière, dès jeudi, 47 000 personnes ont quitté leurs maisons, a indiqué un responsable de l'Autorité de gestion des catastrophes. Et effectivement, des milliers d'habitations ont été endommagées dans cette province.

Dans la province voisine de Nghe An, les arbres jonchaient aussi le sol, avec des vents atteignant dans la matinée les 165 km/h selon l'Observatoire de Hong Kong.

250 000 soldats ont été déployés le long de la côte en prévention.

L'ambassade britannique avait notamment demandé à ses ressortissants de «rester à l'abri» et mis un numéro d'alerte à leur disposition.

Le Vietnam est frappé par plus d'une dizaine de tempêtes ou de typhons chaque année : d'après les chiffres officiels, 140 personnes sont mortes ou ont disparu depuis le début de l'année.

Les tempêtes frappent principalement entre mai et octobre, durant la mousson, et la côte centrale est la plus régulièrement touchée. L'an passé, quelque 235 personnes ont été tuées et les catastrophes naturelles ont coûté plus d'1,4 milliard de dollars au pays.

Le typhon se dirigeait vendredi vers le Laos voisin, perdant en puissance avec des vents à 90 km/h dans l'après-midi. L'ambassade de France a lancé «un avis à la communauté française». «Après son passage au Vietnam, le typhon Doksuri devrait atteindre le Laos pour s'affaiblir en tempête tropicale», explique le communiqué. «L'ambassade au Laos avertit également sur le risque potentiel de glissements de terrain et d'inondations éclair», est-il encore précisé en demandant de «rester à l'abri».

Le Parisien - 15 septembre 2017