D'après les organisations de défense des droits de l'Homme, au moins 15 dissidents ont été arrêtés depuis janvier. Les ONG pointent du doigt une répression accrue depuis l'arrivée de nouveaux chefs communistes l'an passé. Nguyen Van Oai, âgé de 36 ans, a prévu de faire appel.

Ce dernier avait été condamné en 2013 avec 12 autres militants soupçonnés d'avoir mis sur pied un complot pour renverser le gouvernement, une accusation souvent utilisée par le pouvoir contre les opposants. Il avait été condamné à l'époque à quatre ans de prison puis à quatre années de résidence surveillée.

De nombreux blogueurs sont derrière les barreaux au Vietnam, condamnés pour propagande antiétatique parce qu'ils ont osé critiquer la gestion de l'État et sa corruption.

Fin juin, une autre dissidente et blogueuse, connue sous le nom de Me Nam ou "Mère champignon", avait été condamnée à dix ans de prison également pour propagande antiétatique, malgré une campagne internationale appelant à sa libération. Quelques jours auparavant, un blogueur dissident franco-vietnamien avait été renvoyé en France après avoir été privé de sa nationalité vietnamienne et expulsé par le régime. Il est le premier dissident de l'histoire récente à se voir retirer sa nationalité vietnamienne.

Le Figaro avec Agence France Presse - 18 septembre 2017