"Nos gardes-frontières n'ont pas vu arriver de Rohingyas ces derniers jours. La vague est terminée", a déclaré à l'AFP un responsable des gardes-frontières du Bangladesh, S.M. Ariful Islam.

"Aucun Rohingya n'a traversé la frontière ces derniers jours", a confirmé un autre responsable des gardes-frontières du Bangladesh, Manzurul Hasan Khan.

Les Nations unies ont fait le même constat: "l'afflux a chuté", ont-elles indiqué, estimant à 429.000 le nombre de Rohingyas ayant franchi la frontière depuis le début de répression de l'armée birmane dans l'Etat Rakhine (ouest de la Birmanie) le 25 août.

Ni le Bangladesh ni les Nations unies n'ont donné d'explication à cette chute du nombre d'arrivées de réfugiés.

Les troubles se poursuivaient pourtant samedi dans l'Etat Rakhine, le chef de l'armée birmane incriminant des militants rohingyas dans une explosion devant une mosquée. Une organisation de défense des droits de l'homme a en outre accusé l'armée de provoquer des incendies dans la zone pour empêcher le retour des réfugiés.

Ces troubles interviennent alors que la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré mardi qu'il n'y avait pas eu de combats depuis le 5 septembre et que l'opération de l'armée était terminée.

Cette opération, déclenchée le 25 août après des attaques de rebelles rohingyas, a suscité un exode qualifié par l'ONU d'"épuration ethnique", alors que les Rohingyas, plus grande population apatride du monde (1,1 million de personnes), sont traités comme des étrangers en Birmanie à 90% bouddhiste.

Agence France Presse - 23 septembre 2017


Rohingyas: poursuite des troubles dans l'Etat Rakhine en Birmanie

Des troubles se poursuivaient samedi dans l'Etat Rakhine (ouest de la Birmanie), le chef de l'armée birmane incriminant des militants Rohinygas dans une explosion devant une mosquée.

De son côté, une organisation de défense des droits de l'homme a accusé l'armée de provoquer des incendies dans la zone pour empêcher le retour des réfugiés.

Ces troubles interviennent alors que la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré mardi qu'il n'y avait pas eu de combats depuis le 5 septembre et que l'opération de l'armée était terminée.

Cette opération, déclenchée le 25 août après des attaques de rebelles rohingyas, a suscité l'exode en moins d'un mois de quelque 430.000 Rohingyas vers le Bangladesh.

L'ONU a évoqué une "épuration ethnique", alors que les membres de la minorité musulmane des Rohingyas, plus grande population apatride du monde (1,1 million de personnes), sont traités comme des étrangers en Birmanie à 90 % bouddhiste.

Dans un communiqué publié samedi sur Facebook, le chef de l'armée birmane, le général Min Aung Hlaing, déclare que des militants Rohingyas ont placé une "mine artisanale" qui a explosé vendredi devant une mosquée du village de Mi Chaung Zay dans la commune de Buthidaung.

Le chef de l'armée a accusé les militants de vouloir faire partir les quelque 700 habitants restés dans le village. "Alors que nos villageois ne voulaient pas quitter leurs maisons, les terroristes ont fait exploser leur bombe à l'heure de la prière pour terroriser les villageois", selon le communiqué du général.

"C'est une action du groupe terroriste ARSA", a-t-il ajouté, utilisant l'acronyme du groupe Armée du Salut des Rohingyas de l'Arakan, rébellion organisée qui a émergé en octobre 2016 et dont les attaques en août ont déclenché la répression de l'armée.

Aucune victime n'a été signalée dans l'explosion de l'engin artisanal. Le gouvernement birman bloque l'accès à la zone de conflit et il est difficile de vérifier les allégations de part et d'autre. Les troubles ont également suscité le départ de dizaines de milliers de bouddhistes et d'hindous.

Les associations de défense des droits de l'homme assurent toutefois disposer de preuves que l'opération de l'armée favorise l'expulsion systématique des Rohyingyas.

Amnesty International a fait état vendredi de nouvelles images vidéo et satellite confirmant que des incendies continuaient de dévaster des villages rohingyas.

Samedi, Human Rights Watch a répercuté des accusations selon lesquelles les forces de sécurité birmanes installaient des mines le long de la frontière avec le Bangladesh traversée par les réfugiés rohingyas.

Selon des données gouvernementales birmanes, environ 40 % des villages rohingyas dans le nord de l'Etat Rakhine ont été totalement abandonnés depuis un mois.

Les habitants restés sur place se sont regroupés en petites communautés musulmanes isolées, terrifiées et coupées de tout accès à l'aide, selon le dernier communiqué du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires.

"Suite aux menaces continuelles de la population locale de Rakhine pour les faire partir, ces personnes vulnérables sont tellement terrifiées qu'elles en appellent au gouvernement, aux Nations unies et d'autres pour des mesures additionnelles de protection", selon le communiqué.

Agence France Presse - 23 septembre 2017