C’est l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault qui a été désigné pour représenter la France aux côtés de l’ambassadeur Gilles Garachon lors de la cérémonie de crémation de l’ancien roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej qui aura lieu fin octobre, selon un communiqué de l’ambassade de France en Thaïlande.

Du 25 au 29 octobre se dérouleront à Bangkok les obsèques du très vénéré monarque décédé un an plus tôt. Ces funérailles exceptionnelles qui dureront cinq jours comprendront de nombreuses cérémonies, rituels et processions dont la crémation qui aura lieu le 26 octobre face au Grand Palais sur un site gigantesque représentant le Mont Méru.

7.500 représentants d’État étrangers et thaïlandais ont été invités pour assister aux premières loges à cette cérémonie grandiose qui comprendra notamment une longue procession funéraire autour de l’esplanade de Sanam Luang pour accompagner le corps de l’ancien roi jusqu’au site de crémation. Environ 900.000 personnes sont attendues dans les environs.

Contactée par téléphone, l’ambassade de France ne nous a pas donné de détails sur les raisons qui ont présidé au choix de Jean-Marc Ayrault qui n’occupe plus aucune fonction au sein de l’Etat depuis mai 2017 lorsqu’il était ministre des Affaires Etrangères et du Développement international.

Premier ministre de mai 2012 à mars 2014, l’ancien maire de Nantes s’était rendu en Thaïlande en février 2013 à l’occasion d’un voyage au Cambodge pour assister en sa qualité de chef du gouvernement français à la cérémonie de crémation du roi Norodom Sihanouk.

Sa visite en Thaïlande, la première d’un représentant français de ce niveau depuis le Président Chirac en 2006 et le Premier ministre Michel Rocard en 1989, n’avait duré que 24h.

Il en avait néanmoins profité pour échanger avec son homologue thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, lors d’une rencontre très axée économie avec notamment en perspective un accord de libre-échange entre l’Europe et la Thaïlande. Il avait également pu donner une conférence à l’Université Thammasat, avant de rencontrer une partie de la communauté d’affaires franco-thaïlandaise. Sa rencontre prévue avec le roi Bhumibol avait en revanche dû être annulée en raison de l’état de santé de ce dernier.

La visite de Jean-Marc Ayrault avait marqué une nouvelle embellie dans les relations entre les deux pays. Mais depuis le coup d’Etat militaire en mai 2014, la France, dans la ligne des pays de l’Union Européenne, a suspendu les visites de haut niveau avec la Thaïlande en attendant le retour à un régime démocratique.

Par Marie Darondovas - lepetitjournal.com -16 octobre 2017