Le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, s’est dit opposé à des sanctions contre la Birmanie, lors d’une conférence de presse au côté de la dirigeante birmane, Aung San Suu Kyi, mercredi 15 novembre. Mais il a réclamé une enquête « crédible », alors que l’Organisation des Nations unies (ONU) dénonce une opération d’« épuration ethnique » des Rohingya (ethnie birmane de confession musulmane) par l’armée.

Certains pays et les organisations de défense des humains ont appelé à imposer de nouvelles sanctions à la Birmanie, qui a longtemps été isolée sur la scène internationale du fait de la politique répressive de la junte militaire. « Des sanctions économiques globales ne sont pas quelque chose que je recommanderais pour l’heure », a déclaré M. Tillerson alors que la Birmanie est critiquée pour sa gestion des violences dans l’Arakan (ou Etat Rakhine), dans l’ouest du pays, que plus de 600 000 Rohingya (minorité de confession musulmane dans un pays majoritairement bouddhiste) ont fui depuis la fin du mois d’août. « Nous allons considérer tout cela avec beaucoup de prudence à mon retour à Washington », a-t-il ajouté.

Depuis le début de la crise, les Etats-Unis prennent soin de ne pas blâmer Aung San Suu Kyi, faisant la distinction entre le gouvernement civil de la Prix Nobel de la paix et les militaires responsables des campagnes contre les Rohingya.

« Rendre des comptes »

Mais M. Tillerson s’est dit « inquiet des informations crédibles d’atrocités commises à grande échelle par l’armée et des milices », alors que des milices bouddhistes ultranationalistes sont accusées de seconder l’armée dans ses exactions. Il a appelé à la mise en place d’une commission d’enquête indépendante qui « serait utile à tout le monde ».

« Nous savons que ce qui s’est passé dans l’Etat Rakhine présente plusieurs caractéristiques de crimes contre l’humanité. Quant à savoir s’il s’agit d’un nettoyage ethnique, nous continuons à évaluer la situation (…) Les récentes et sérieuses accusations d’abus dans l’Etat Rakhine exigent une enquête impartiale et crédible. Et ceux qui commettent des violations des droits humains doivent rendre des comptes. »

Dans un rapport récent, l’armée, qui affirme avoir mené sa propre enquête interne, a rejeté les accusations d’exactions. Quant à la dirigeante birmane, elle a nié « être restée silencieuse » sur le drame et s’est défendue des critiques à son encontre de manque d’empathie envers la minorité rohingya persécutée qui se sont élevées sur la scène internationale.

Soucieux de préserver le gouvernement civil, Rex Tillerson a réitéré le soutien des Etats-Unis à la dirigeante birmane, qui doit faire face à une « situation qui n’est pas simple ». « Nous voulons que la Birmanie réussisse », a-t-il affirmé. Face à lui, Aung San Suu Kyi, qui n’a cessé depuis le début de la crise de demander du temps pour gérer un dossier très complexe, a loué « l’ouverture d’esprit » de M. Tillerson, « une chose très rare de nos jours ». « Je ne suis pas restée silencieuse », a également déclaré la Prix Nobel de la paix.

Depuis la fin d’août, l’Arakan est en plein conflit. Au nom du combat contre des rebelles rohingya, l’armée y mène une campagne militaire qui a poussé à l’exode cette minorité musulmane – plus grande population apatride du monde depuis que la nationalité birmane lui a été retirée, en 1982.

Le Monde avec Agence France Presse - 15 novembre 2017