La loi stipule également que toute compagnie étant à plus de 35% la propriété d'investisseurs étrangers aura désormais le statut d'entreprise étrangère. Ceci permettra à l'entreprise d'emprunter de l'argent auprès des 13 banques internationales présentes en Birmanie. En parallèle, la loi rend accessible de nouveaux marchés jusqu'alors fermés aux étrangers tels que l'industrie pharmaceutique ou encore le secteur des équipements industriels. De par cette loi, les portes de la bourse birmane s'ouvrent également. En effet le "Myanmar Companies Act" autorise désormais les investisseurs étrangers à acquérir des parts de sociétés birmanes, ce qui leur était interdit auparavant. Ces achats boursiers ne peuvent cependant pas dépasser l'équivalent de 35% des parts de l'entreprise. En signant cette loi le gouvernement espère ainsi dynamiser et renforcer la bourse locale et réinjecter des fonds dans la société birmane.

Lepetitjournal.com - 11 décembre 2017