Les partis politiques font pression depuis des mois en ce sens. Le Premier ministre a aussi confirmé que les élections législatives auraient bien lieu en novembre 2018.

Cette mesure est réclamée par tous les politiciens depuis que les lois organiques pour la préparation des élections de novembre 2018 ont été votées, il y a deux mois. Depuis le coup d'Etat de 2014, les partis politiques n'ont en effet pas le droit de tenir des réunions politiques ou même de s'adresser publiquement à leurs membres. Ils sont donc dans l'impossibilité de préparer le scrutin de l'an prochain, d'autant que les nouvelles lois leur imposent des conditions strictes au niveau du nombre de leurs membres.

Pour lever cette interdiction, le général Prayuth Chan-ocha, chef de la junte, a indiqué ce 19 décembre 2017 qu'il allait utiliser un article constitutionnel lui donnant un pouvoir quasi absolu. Il n'a toutefois pas précisé quand il allait le faire.

La junte prête à lâcher du lest ?

Quoi qu'il en soit, plusieurs politiciens ont déjà salué cette annonce comme le premier pas vers un retour à la démocratie. Dès que la levée sera effective, les partis politiques pourront commencer à prendre les mesures de restructuration indispensables en vue des élections.

Ce geste de la junte, s'il est confirmé, s'explique sans doute par une volonté de lâcher un peu de lest devant l'agacement croissant de la population, après une série de scandales de corruption ces dernières semaines.

Radio France Internationale - 19 décembre 2017