Ces deux dernières années, la province de Thua Thiên-Huê a versé près de 7,3 milliards de dôngs pour l'entretien et le développement de maisons-jardin dans le district de Phong Diên et la ville de Huê. Environ 5,3 milliards de dongs ont été affectés à la restauration de cinq maisons sur les 14 ciblées, avec une aide financière de 600 à 750 millions de dongs par maison.

Le vice-président du Comité populaire provincial, Phan Ngoc Tho, a déclaré que la province continuera de valoriser les maisons-jardin, de sensibiliser les propriétaires à leur responsabilité de les conserver.

En outre, la province va concevoir des visites pour les touristes où ils pourront séjourner dans les maisons et découvrir les coutumes locales du mariage, anniversaire de la mort, a-t-il ajouté.

Pour être une maison-jardin de Huê, une maison doit avoir deux éléments distincts : un nhà ruong (maison en bois de style Huê avec des poutres et piliers) et des jardins environnants. Dans la cour avant, un mur décoré ou une structure rocheuse bloque les vents néfastes. Entre le mur et le couloir avant se trouvent des pots de fleurs, un aquarium ou un étang et des bonsaïs.

Une allée menant de la porte d'entrée principale relie la cour avant à la route extérieure.

L'arrière-cour sert d'espace pour le ménage et la préparation des aliments. La maison, la cour avant, la cour arrière et la voie d'entrée sont dans une forme qui assure les principes du fengshui.

La structure et la flore sont organisées pour créer une ambiance confortable et sûre pour les propriétaires, qui étaient souvent des membres de la famille royale, des mandarins ou de riches commerçants.

À la fin de l'ère féodale, en 1945, Huê comptait 7.178 maisons-jardin. Mais seulement 150 ont encore leur forme originale, selon une enquête menée par les autorités locales au début des années 2000.

Agence Vietnamienne d'Information - 18 décembre 2017