Les touristes chinois, en très forte augmentation, représentent désormais près d'un tiers du nombre total de touristes. Cette bonne performance est un succès pour le régime militaire thaïlandais, le tourisme employant une part significative de la main-d’œuvre du pays.

L'exemple thaïlandais montre clairement qu'un pays sous dictature militaire ne repousse pas forcément les touristes. Le royaume a reçu 35 millions de touristes cette année contre 20 millions en 2011 lorsque le pays était dirigé par un gouvernement civil élu. C'est une très bonne nouvelle pour le pays car le tourisme représente plus de 9 % du PIB et emploie près de six millions de Thaïlandais. Ce succès s'explique, bien sûr, par les atouts connus que possède le pays : ses plages, ses îles, sa vie nocturne et ses temples.

Mais la grande évolution, depuis plusieurs années, est l'arrivée massive des touristes chinois. En 2017, dix millions d'entre eux sont venus en vacances en Thaïlande, contre un million et demi en 2011. Certains quartiers de Bangkok se sont même spécialisés dans l'accueil des Chinois, mettant partout des enseignes en mandarin et proposant les produits locaux recherchés par ces touristes.

Cette présence massive des touristes chinois n'est toutefois pas sans créer parfois un certain ressentiment parmi les Thaïlandais, souvent du fait du comportement un peu rude de ces visiteurs, comportement qui contraste avec la culture empreinte de respect des Thaïlandais.

Par Arnaud Dubus - Radio France Internationale - 25 décembre 2017