Le régime de Pol Pot s’était rendu coupable de la mort d’environ 2 millions de personnes entre 1975 et 1979. Le 7 janvier est un jour férié au Cambodge et une commémoration avait lieu ce matin dans la capitale, Phnom Penh. Un événement organisé par le parti au pouvoir dans un contexte politique compliqué ces derniers mois.

Pour ce 39e anniversaire, le Premier ministre Hun Sen a pris la parole devant près de 40 000 Cambodgiens rassemblés à Phnom Penh pour commémorer « la Journée de la victoire » sur les Khmers rouges, le 7 janvier 1979.

D’après les premiers chiffres avancés, l’évènement organisé par le Parti du peuple cambodgien – le parti au pouvoir – a attiré davantage de personnes cette année. Ces commémorations ont pourtant lieu dans un contexte politique particulièrement tendu, notamment avec la dissolution du principal parti d’opposition, à moins d’un an des élections générales.

Le Parti du sauvetage national du Cambodge aurait selon les autorités cherché à renverser le gouvernement avec l’appui des États-Unis. Des accusations toujours rejetées par les élus et Washington.

Un évènement critiqué

Aujourd’hui, certains membres du parti dissout critiquent l’essence même de la Journée de la victoire organisée par le CPP, le parti au pouvoir depuis la chute des Khmers rouges en 1979.

A la tête du gouvernement depuis 1998, le Premier ministre brigue dorénavant un nouveau mandat sans réel parti d’opposition engagée dans le scrutin de 2018. En marge des commémorations, dans son discours ce dimanche matin, Hun Sen s'est félicité d’avoir « évité un nouveau désastre à la nation » et dit vouloir assurer la « croissance de la démocratie », rappelant néanmoins que le pays « ne plie pas devant les pressions extérieures ».

Radio France Internationale - 7 janvier 2018


Cambodge : Hun Sen justifie son emprise sur le pouvoir

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a pris la tête dimanche d'un grand rassemblement destiné à marquer l'anniversaire de la chute du régime khmer rouge, saisissant l'occasion pour justifier le musellement de l'opposition au nom de la "démocratie".

Des dizaines de milliers de Cambodgiens ont participé à la manifestation organisée par le Parti du peuple cambodgien (CPP), la formation au pouvoir. Celle-ci domine le pays depuis son installation par les forces vietnamiennes qui avaient renversé Pol Pot le 7 janvier 1979.

Au pouvoir depuis 32 ans. Le rassemblement a attiré beaucoup plus de monde que les années précédentes. Il survient alors que l'inamovible Hun Sen - au pouvoir depuis 32 ans - consolide son emprise en éliminant tous ses rivaux avant les élections législatives de juillet. La dissolution en novembre du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), le principal parti d'opposition, fut le point d'orgue de cette campagne.

Stabilité depuis l'ère khmère rouge. Devant ses partisans dimanche, le Premier ministre a fait valoir la stabilité et la croissance économique dont bénéficie le Cambodge depuis l'ère khmère rouge qui a vu mourir un quart de la population du pays. Entre 1975 et 1979, au moins 1,7 million de Cambodgiens sont morts d'épuisement, de famine, ou à la suite de tortures et d'exécutions. Les Khmers rouges étaient mus par une utopie marxiste qui prétendait défaire la société de la contrainte de l'argent et bannir la religion.

Radio Europe 1 avec Agence France Presse - 7 janvier 2018