Outre les pilules, les autorités ont également mis la main sur 1,7 tonne de cristaux de méthamphétamines, dits «ice», et 502 kilos d’héroïne, portant la valeur totale de cette saisie à 44 millions d’euros, soit le cinquième des saisies de 2017.

«C’est la plus grande saisie de drogue de l’histoire» de la Birmanie, a assuré à l’AFP un haut responsable du département antidrogue du pays, sous le couvert de l’anonymat.

L’opération, menée en Etat Shan, fait suite à l’arrestation de quatre trafiquants présumés qui ont fourni à la police les coordonnées d’une planque dans cette région reculée du nord.

La Birmanie, aujourd’hui dirigée par un gouvernement civil mené par l’ex-opposante Aung San Suu Kyi, reste l’un des plus gros producteurs de drogue au monde, un héritage de dizaines d’années de junte militaire ayant laissé se développer les trafics.

Depuis quelques années, les trafiquants ont misé sur le développement constant de l’addiction aux méthamphétamines en Asie du Sud-Est, des ouvriers malaisiens aux noceurs de Bangkok.

Cette puissante drogue de synthèse est en principe consommée sous deux formes: soit en cristaux («ice») soit via des comprimés généralement moins purs.

Les saisies de méthamphétamines en Asie-Pacifique ont quadruplé en cinq ans, d’après l’ONU, qui estime que production et consommation des drogues de synthèse ont explosé dans la région.

Agence France Presse - 18 janvier 2018