Le gouvernement thaïlandais n’a pris aucune mesure significative pour rétablir les règles démocratiques et les libertés fondamentales en 2017, estime Human Rights Watch aujourd’hui dans la dernière édition de son rapport annuel (World Report 2018).

L’adoption par la junte militaire d’un programme national des droits de l’homme et l’assurance répétée qu’elle organiserait des élections pour un gouvernement civil n’ont rien fait pour inverser la crise des droits de l’homme dans le pays, estime l’organisation américaine de défense des droits de l’homme dans le monde.

Dans son Rapport de 643 pages, sa 28e édition, Human Rights Watch passe en revue les pratiques en matière de droits de l’homme dans plus de 90 pays.

« La junte militaire thaïlandaise a utilisé ses pouvoirs illimités pour faire tomber le pays dans un abysse de plus en plus profond de violations des droits de l’homme », a déclaré Brad Adams , directeur de l’Asie pour HRW.

« Au lieu de restaurer les droits fondamentaux comme promis, la junte a poursuivi les critiques et les dissidents, interdit les manifestations pacifiques et censuré les médias. »

En août, les autorités ont accusé le journaliste vétéran Pravit Rojanaphruk et deux éminents politiciens – Pichai Naripthaphan et Watana Muangsook – de sédition et de violation du Computer-Crime Act pour leurs commentaires sur Facebook sur les problèmes politiques et économiques de la Thaïlande.

De nombreux détracteurs de la junte du Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO) ont reçu l’ordre de suivre des programmes d ‘«ajustement d’attitude» dans des casernes militaires.

En novembre, les forces de sécurité gouvernementales ont dispersé de force une manifestation pacifique dans la province de Songkhla et ont empêché les manifestants de soumettre une pétition au gouvernement contre la construction d’une centrale électrique au charbon. Au moins 16 personnes ont été arrêtées.

Au cours de l’année, les autorités ont temporairement suspendu la diffusion de Voice TV, Spring News Radio, Peace TV et TV24 pour avoir critiqué le régime militaire. Les stations ont été autorisées à reprendre leur diffusion après avoir accepté de pratiquer l’autocensure.

À la tête de la junte, le Premier ministre, le général Prayuth Chan-ocha, exerce un pouvoir sans partage, notamment grâce au pouvoir de l’armée d’arrêter, de détenir et d’interroger des civils sans protection contre les abus.

Il y a encore au moins 1 800 civils faisant l’objet de poursuites devant les tribunaux militaires, qui ne respectent pas les normes internationales d’équité.

Depuis le coup d’État de 2014, les autorités thaïlandaises ont arrêté au moins 105 personnes accusées de lèse-majesté (insultant la monarchie). La répression des crimes de lèse-majesté s’est intensifiée depuis la mort du roi Bhumibol Adulyadej en octobre 2016.

En août, la cour provinciale de Khon Kaen a condamné l’éminent militant étudiant Jatupat (Pai) Boonphatthararaksa à 30 mois de prison pour avoir publié sur sa page Facebook un article de la BBC sur le nouveau roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun.

Il n’y a toujours pas de justice pour les violations des droits de l’homme passées, telles que la «guerre contre la drogue» de 2003 et la dispersion des manifestations de rue en 2010. Aucun membre des forces de sécurité n’a été poursuivi au pénal pour des exactions commises dans les provinces frontalières du sud, où des insurgés séparatistes ont également commis de nombreux abus contre des civils en violation du droit international humanitaire.

« Les promesses vides du Premier ministre Prayuth ne peuvent justifier la reprise des relations avec la Thaïlande« , estime M. Adams. « Les gouvernements du monde entier devraient exhorter la junte à mettre immédiatement fin à la répression, à respecter les droits fondamentaux et à ramener le pays à un régime civil démocratique. »

PS : thailandefr a été choqué d’apprendre qu’un membre de la communauté française en Thaïlande utilise l’arsenal législatif liberticide de la junte militaire pour attaquer nos confrères du Petit Journal.

thailande-fr.com - 19 Janvier 2018