Courant février le Premier ministre Hun Sen a signé un sous-décret établissant le 20 mai comme la journée nationale à la mémoire des victimes et des souffrances subies sous le régime des Khmers rouges.

Depuis la fin de cette période d’horreur (17 avril 1975 – 6 janvier 1979), les citoyens commémorent le 20 mai comme la journée de la haine. Chaque année à Phnom Penh, des centaines de personnes se retrouvent à Choeung Ek. Ce lieu de mémoire, situé à 17 kilomètres au sud-ouest de la ville, était le principal centre d’exécution durant le régime. Aujourd’hui, des cérémonies y sont organisées à la mémoire des victimes évaluées à 1,7 millions soit plus de 20% de la population de l’époque.

En déterminant le 20 mai comme jour férié, le gouvernement souhaite donner à l’ensemble des citoyens du Royaume, la possibilité de se recueillir ou encore d’organiser des cérémonies en fonction de leurs croyances religieuses.

Par Cristina Novoa - Lepetitjournal.com - 25 février 2018