Les responsables des violences, incluant des viols et des assassinats, doivent rendre des comptes, ont insisté lundi les ministres européens, réunis en Conseil à Bruxelles.

Près de 690.000 musulmans rohingyas ont fui l'Etat de Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, pour se réfugier au Bangladesh voisin depuis août dernier. Ils cherchent à échapper à une opération de l'armée birmane que les Nations Unies qualifient de "campagne d'épuration ethnique".

Les dernières sanctions européennes à l'encontre de la Birmanie avaient été levées en 2011, alors que l'Etat d'Asie du sud-est opérait sa transition démocratique après quarante ans de dictature militaire.

De nouvelles sanctions de l'UE constitueraient un recul considérable pour le pays.

Agence Belga - 26 février 2018