Les léopards d'Indochine (Panthera pardus delacouri) ont disparu de Singapour, du Vietnam, du Laos et leur population décline peu à peu en Malaisie, en Thaïlande, en Birmanie, en Chine et au Cambodge. Les félins de ce dernier pays ont fait l'objet d'une étude publiée le 7 février 2018 dans la revue Royal Society Open Science. Dans celle-ci, une équipe internationale révèle que le groupe de léopards d'Indochine présent à l'est du Cambodge et qui constitue la dernière population potentiellement viable du pays, est en réalité au bord de l'extinction.

L'une des densités les plus faibles de tout le continent asiatique

Grâce à des analyses ADN menées sur des déjections et des pièges photographiques, les biologistes ont découvert que la sous-espèce de léopard a une densité extrêmement faible : 1 animal pour 100 km2. Selon l'étude, dans une zone non-protégée et où l'activité humaine est élevée, il est possible généralement d'observer 3 à 5 léopards pour 100 km2. La densité mesurée à l'est du Cambodge a chuté de 72% en 5 ans (entre 2009 et 2014), devenant ainsi l'une des plus faibles d'Asie pour cette sous-espèce. "Une étude récente a montré que les léopards d'Indochine n'occupent vraisemblablement plus que 6,2% de leur aire de répartition historique", précisent les chercheurs.

Le déclin rapide de ces animaux depuis 2009 "semble dû à la hausse du braconnage, notamment du piégeage non-sélectif. A travers l'Asie du Sud-Est, le taux de déforestation a récemment augmenté jusqu'à devenir le plus élevé au monde, ce qui coïncide avec une explosion du commerce illégal d'animaux alimenté par une demande accrue, causant ainsi un déclin important chez beaucoup d'espèces", est-il noté dans l'article. Les léopards d'Indochine sont attrapés par les pièges destinés aux cochons sauvages et autres espèces visés par le commerce de la viande. Ils sont aussi tués pour la médecine traditionnelle asiatique, où les parties de leur corps peuvent servir de substituts à celles des tigres.

Les chercheurs craignent une extinction prochaine de ces félins dans la région. Pour éviter cela, ils recommandent aux autorités d'augmenter le nombre de rangers, de patrouilles et de checkpoint afin d'éviter l'entrée des braconniers. Ils conseillent également de parcourir la zone afin de retirer tous les pièges et de mener des campagnes de sensibilisation auprès de la population au sujet de la consommation de viande d'animaux sauvages et de l'achat de morceaux d'animaux.

Les léopards n'occupent plus que 25 à 37% de leur aire de répartition historique

Malheureusement, cette sous-espèce n'est pas la seule à s'éteindre. "Les léopards subissent un déclin sévère de leur distribution et de leur nombre, occupant désormais seulement 25 à 37% de leur aire de répartition historique", s'inquiètent les biologistes. Ils souffrent de la fragmentation de leur habitat, du nombre réduit de proies, des conflits avec les humains et notamment du braconnage. Désormais, ces animaux ont des populations morcelées et comptant peu de spécimens notamment en Asie où 7 des 8 sous-espèces sont déjà inscrites dans la catégorie "en danger" ou "en danger critique" ou sont proches de l'être.

Par Anne-Sophie Tassart - Sciences et Avenir - 5 mars 2018