Les jardins du Raffles Grand Hotel Angkor ont pris l’allure d’un village français le temps d’une semaine. Cinquante entreprises et trente-sept stands étaient présents. Le savoir-faire français, mis à l’honneur, résidait au travers de nombreuses activités : travaux d’artisanat, cinéma, conférences, démonstrations et initiations pour finir en beauté sur un défilé de mode et une soirée dansante.

Lors de son discours de clôture, Eva Nguyen Binh, Ambassadrice de France au Cambodge a déclaré : « Cette semaine s’achève aujourd’hui après quatre jours intenses de rencontres, d’échanges, de promotion du savoir-faire français et des partenariats entre Français et Cambodgiens. » « Je suis très fière, en tant qu’Ambassadrice de France au Cambodge, de représenter cette communauté française qui a voulu organiser cet évènement pour montrer ce qu’elle sait faire, la diversité de ses talents et les partager avec nos amis cambodgiens et nos amis internationaux. »

Le Comité d’organisation exprime également sa satisfaction quant au succès rencontré par cette première édition.

Lepetitjournal.com/Cambodge ! Qu’avez-vous appris de cette première édition de la Semaine Française à Siem Reap ?

Comité d’organisation : Il est probablement un peu tôt pour tirer des enseignements définitifs. Ce que nous retenons est que la Communauté économique française de Siem Reap est désormais unie, soudée et ne s'arrêtera pas là. Nous sommes capables de nous réunir et même de nous dépasser pour réaliser un objectif commun. Organiser un événement de quatre jours avec plusieurs événements importants, un budget très limité, il fallait le faire ! Nous pouvons dire COCORICO car cette première édition a rempli plus que nos attentes, tant qu’en terme de fréquentation du public, que de diversité des participants avec à la fois des Cambodgiens, des touristes ou encore des expatriés, mais aussi en terme de contenu programmatique avec de la culture, des débats ou encore ce que l'on appelle le « networking ».

Avez-vous une idée de la fréquentation ?

On peut raisonnablement l'estimer à 2500 visiteurs sur les quatre jours. C'est un nombre supérieur aux prévisions, ce qui est évidemment très positif pour une première édition. L'événement a attiré des étrangers mais aussi beaucoup de Cambodgiens, c'était l'un des objectifs.

Une campagne de promotion a été menée (en quatre langues) avec une distribution faite en ville (affiches, programmes de 14 pages, flyers), sur les réseaux sociaux et très bien relayée sur les chaînes de télévisions nationales. Du 3 au 10 mars, un espace d'exposition « Vivre la France » et une Tour Eiffel ont trôné dans le hall d'arrivée à l'aéroport international de Siem Reap et ce grâce au partenariat exceptionnel que nous avons tissé avec Cambodia Airports. Louis Scotti, bénévole dans l'organisation de la semaine et animateur motivé, n'a pas ménagé son énergie avec une équipe de l'aéroport pour distribuer des prospectus aux voyageurs et les inciter à signer la Tour Eiffel de trois mètres.

Un bus électrique Blue Mobility offrait des navettes gratuites en ville de 17 à 19 h avec des stops dans des lieux stratégiques afin d'acheminer les visiteurs au Village Français.

Quel est, d’après vous, l’impact d’un tel événement sur le rayonnement de la France au Cambodge ?

Des artisans, des entreprises et des artistes installés au Cambodge ont exposé leur « savoir-faire » à la communauté locale et aux visiteurs. Cette belle opportunité a séduit une cinquantaine d'exposants et de sponsors. Tous ont fait part au Comité d'organisation de la Semaine Française de leur satisfaction. L'impact visé était d'offrir une visibilité aux entreprises et le but a été largement atteint.

Il y a eu trois débats très intéressants et suivis sur des thèmes divers : Femmes et Développement, Artisanat au Cambodge et Formation professionnelle, Tourisme et Services. Des intervenants Français et Cambodgiens ont pu exprimer en public leur point de vue.

Les trois spectacles offerts ont enthousiasmé le public, chaque soir plus nombreux. Les circassiens de Phare ont débuté les festivités avec brio devant les officiels venus inaugurer avec Madame Eva Nguyen Binh, Ambassadrice de France au Cambodge. Les danseuses de New Cambodian Artists ont électrisé la foule. Diamond Island, le film de Davy Chou, réalisateur franco-cambodgien, a captivé les spectateurs. Le dernier soir, Eric Raisina et des créateurs de mode au Cambodge ont fasciné l'assistance par un défilé de mode extraordinaire devant le Raffles Grand Hotel Angkor.

L'impact sur le rayonnement de la France à Siem Reap est donc important car il faut le rappeler, la fermeture de l'Institut Français en 2015 a été très mal perçue auprès de la population locale. Grâce à ce type d'événement, nous pensons que « l'équipe de France » dirigée avant tout par Madame l'Ambassadrice marque des points à tous les niveaux. Ce rayonnement à Siem Reap, nous le voulons important car même si Angkor est la capitale touristique du Royaume, la ville accueille chaque année des milliers de visiteurs. Elle doit donc être une priorité du rayonnement de la France au Cambodge. Avec cette semaine française, nous avons vu que c'était à nouveau le cas.

Allez-vous reconduire la Semaine Française l’année prochaine ?

Le Comité d'organisation est déjà sollicité pour renouveler en 2019 cette opération qui a été un grand succès populaire et pour tous les partenaires.

Cette décision ne peut pas être prise dans la précipitation. Il faudra estimer ultérieurement si les conditions sont favorables pour une deuxième édition. Pour les organisateurs, tous très impliqué dans leurs sociétés, ce fut un énorme engagement en énergie et en temps, plusieurs mois, dans une période de forte fréquentation touristique. Citons Eric Stocker, représentant de la CCICF à Siem Reap et fondateur de Angkor Artwork, Florian Bohême de b.Consulting, Eric Raisina et sa Maison de Textures, Loic Dumas de Maison Sirivan Concept-store, Françoise Gouézou de Biniky Chic Nomad, Benedict Ravel des Artisans d'Angkor, Anne-Laure Barthenay de Soierie du Mékong, Chloé Marty de l'Ecole Bayon Pastry, Benjamin Carrichon de Apopo.

En attendant, les membres du Comité d'organisation vont se concentrer sur la structuration juridique et pratique de la représentation économique française à Siem Reap. Très prochainement, la Communauté économique sera à nouveau invitée à se rassembler au sein de la Chambre de Commerces France Cambodge - CCIFC mais aussi au sein de l'EUROCHAM. S'il fallait le rappeler, notre rôle est aussi de sécuriser le fonctionnement des entreprises à Siem Reap en leur permettant de se rassembler et d'être une force de dialogue auprès des autorités locales. Les LIKES et encouragements sont les bienvenus !

Par Leïla Pelletier - Lepetitjournal.com - 16 mars 2018