Le partenariat stratégique entre les anciens ennemis « atteint de nouveaux sommets », estime l'ambassade américaine à Hanoï.

Les six nouveaux patrouilleurs américains offerts à Hanoï dans le cadre d'un accord signé en 2016 sont arrivés sur l'île de Phu Quoc, au sud-ouest du Vietnam.

Au même moment, une quarantaine de navires de la marine chinoise ainsi qu'un porte-avion se livraient à des exercices navals cette semaine dans une zone sensible du trafic commercial en mer de Chine méridionale.

Pékin revendique en effet la quasi-totalité de cet espace maritime stratégique. Ce que contestent de nombreux pays côtiers de la région. Au premier rang desquels le Vietnam, par ailleurs proche allié politique des Chinois.

« Pivot asiatique » sous Obama

Comme beaucoup de ses voisins, Hanoï cherche l'équilibre entre les deux superpuissances. Le Vietnam poursuit en même temps son rapprochement stratégique avec Washington, marqué il y a trois semaines par l'escale historique du porte-avion américain Carl Vinson sur les côtes vietnamiennes.

Cette collaboration nouvelle avait été entamée avec la politique du « pivot asiatique » de Barack Obama, destinée notamment à contrer la volonté de puissance chinoise dans la région.

Outre les six patrouilleurs, les Etats-Unis ont aussi offert cette semaine à Hanoï un centre d'entraînement et des infrastructures de maintenance. Une première livraison avait eu lieu l'an dernier dans le cadre de l'accord signé en 2016 et d'autres transferts de bâtiments militaires devraient suivre.

Radio France Internationale - 30 mars 2018