Le ministre des Affaires sociales, de l’Aide et du Relogement Win Myat Aye se rendra la semaine prochaine dans ces camps qui abritent en tout près d’un million de réfugiés Rohingyas, a déclaré à l’AFP un haut responsable du ministère birman des Affaires étrangères.

La visite est prévue pour le 11 ou 12 avril, mais le programme exact n’est pas encore fixé, a-t-il ajouté.

Ce ministre est le chef adjoint du comité sur le crise dans l’Etat Rakhine, présidé par la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, et l’un des hauts responsables chargés des discussions -actuellement au point mort- avec le Bangladesh sur le possible retour en Birmanie des réfugiés.

La Birmanie a pour l’instant approuvé le retour de quelques centaines de personnes, sur la liste de plusieurs milliers qui ont été proposées, mais pas une seule n’est pour l’instant rentrée en Birmanie.

Pendant ce temps, les autorités bimanes sont accusées de raser des villages rohingyas dans l’Etat Rakhine et de tenter de faire disparaître les preuves des atrocités dont sont accusées les troupes birmanes.

La Birmanie nie ces accusations, mais bloque tout accès à la région.

Avant la dernière vague de violence, les camps abritaient déjà environ 300.000 réfugiés ayant fui lors de précédentes vagues de persécution.

Les responsables rohingyas dans les camps ont dit espérer pouvoir dire au ministre leurs inquiétudes quant à un éventuel retour.

Agence France Presse - 4 avril 2018