Un vote d'ici la fin de la législature, soit avant février 2019. C'est ce qu'espèrent les défenseurs du projet de loi portant sur l'union civile en Thaïlande, rapporte Pink News. Le 4 mai prochain, le sous-comité du ministère de la Justice, qui porte ce projet, se réunira, avant de présenter leur texte au Cabinet.

Cette nouvelle loi devrait permettre aux couples homosexuels du pays de devenir des «partenaires de vie», énonce The Independent. Mais les détails de cette mesure ne sont pas encore connus. Coordinateur en Asie de l'Association Internationale pour les lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (Ilga), Lieu Anh Vu exige plus de clarté sur les dispositions que contiendra cette loi:

«La société civile craint que ce projet de loi ne garantisse pas la même protection aux couples homosexuels qu'aux hétérosexuels: il est important de s'assurer que tous les couples soient reconnus comme étant égaux devant la loi.»

Le militant espère donc que «toutes les communautés de l'arc-en-ciel» seront consultées pour préparer cette loi qui aura un «immense impact sur leur vie».

Ce n'est pas la première fois que la Thaïlande veut légiférer sur l'union homosexuelle. La dernière tentative, en 2014, a été bousculée par le coup d'État. Si le Gouvernement tient parole cette fois-ci, et respecte les délais annoncés, la Thaïlande deviendra le premier pays asiatique légalisant l'union homosexuelle. En effet, même si la Cour constitutionnelle de Taïwan s'est positionnée en faveur du mariage pour tous en mai dernier, le pays n'a pas encore entériné légalement ce principe; et ce n'est qu'en mai 2019 que le mariage homosexuel deviendra automatiquement légal dans le pays. Quel que soit le pays qui gagnera la course, 2019 pourrait bien être une année charnière pour les droits LGBT en Asie.

Par Camille Jourdan - Slate.fr - 28 avril 2018