Le fondateur du groupe "Fraternité pour la démocratie" a été remis en liberté en même temps qu'un autre membre de l'organisation, Le Thu Ha, qui purgeait une peine de neuf ans de prison, a précisé le groupe de défense des droits de l'homme Viet Tan, basé aux Etats-Unis.

L'épouse de Dai, Vu Minh Khanh, ainsi que Le Thu Ha sont à bord du même vol pour Francfort, a ajouté Viet Tan. Dai et Ha figurent parmi six membres de la Fraternité condamnés en avril dernier par un tribunal de Hanoï à des peines de prison pour "activités antigouvernementales visant à renverser l'administration du peuple". Ils n'avaient pas fait appel de leur verdict, contrairement aux quatre autres dont les recours ont été rejetés lundi dernier. En dépit de vastes réformes économiques, le Parti communiste au pouvoir au Vietnam contrôle toujours étroitement l'expression et ne tolère aucune critique.

Le Figaro avec Reuters - 8 juin 2018