La FIDH et le MLDH ont publié un rapport alternatif qui documente les nombreuses et graves violations aux droits civils et politiques commises par les autorités de l’Etat Parti.

''“Le prochain examen sur la situation désastreuse des droits civils et politiques au Laos est une opportunité rare de mettre en lumière les actions répressives du gouvernement autoritaire de Vientiane. Il est crucial que la communauté internationale accorde une attention particulière à cet examen et révise sa politique vis-à-vis du Laos au regard des résultats clés. » - Debbie Stothard, Secrétaire Générale de la FIDH '' La situation des droits civils et politiques au Laos sera examinée pour la première fois par le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies (CCPR) les 11 et 12 Juillet 2018 à Genève, Suisse. Le CCPR s’assure que les Etats Parties respectent les obligations légales qui leur incombent en vertu du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP). Le Laos est devenu Etat Partie au PIDCP en 2009.

Dans leur rapport alternatif, la FIDH et le MLDH décrivent les violations aux droits civils et politiques démontrant le manquement du gouvernement de Vientiane à ses obligations en vertu du PIDCP. Ces violations comprennent : la violation du droit à la liberté d’expression et la violation à la liberté de réunion pacifique, l’arrestation arbitraire des personnes critiquant le gouvernement, les conditions de prison en dessous des normes internationales, les actes de torture et de mauvais traitements sur les détenus, le non-respect du droit à un procès équitable, l’absence d’investigations sérieuses sur les cas de disparition forcées, l’oppression sur la société civile, le défaut d’élections honnêtes, les condamnations à mort prononcées pour les crimes qui ne répondent pas au seuil de gravité, et le déni des droits des minorités ethniques et religieuses

“ A Genève, la délégation du gouvernement Lao aura à répondre à de nombreuses questions à commencer par celles concernant la disparition forcée du leader de la société civile Sombath Somphone ainsi que les peines de prison scandaleuses infligées à l’encontre des personnes critiquant le gouvernement. Il est temps que le gouvernement soit honnête et aborde publiquement les graves violations aux droits civils et politiques au Laos. » - Vanida Thephsouvanh, Présidente du MLDH

Les 24 Juillet 2017, la FIDH et le MLDH ont transmis conjointement des informations au CCPR en vue de l’adoption d’une « Liste de Problèmes » (LoI) dans le cadre de l’Examen du Laos en vertu de l’Article 40 du PIDCP. Cette liste a été adoptée en Mars 2017. Malheureusement, le gouvernement Lao n’a pas répondu aux informations demandées par le CCPR sur le LoL.

FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme) - 11 juin 2018