La perturbation a commencé le 10 juin vers 10h00 lorsqu'un groupe de personnes s'est rassemblé au siège du Comité populaire provincial pour protester contre le projet de loi sur les unités administratives et économiques spéciales. Ils ont crié et bousculé la police et les gardes du bâtiment, et incité les passants à attaquer la police avec des briques et des pierres.

Le désordre a atteint son apogée lorsque des centaines de personnes ont jeté des pierres au siège du Comité populaire de Binh Thuân. Certains ont même attaqué la police avec des cocktails Molotov, des pierres et quelques autres outils, et ont détruit la clôture et brûlé la guérite et plusieurs salles de repos des gardes. Ils ont également endommagé la clôture autour d'autres agences provinciales.

La circulation à proximité du siège du Comité populaire provincial a été paralysée alors que plus de 15 motos ont été incendiées et que de nombreuses installations ont été détruites. La police a été envoyée sur place et la foule n'a été dispersée que vers 2 heures du matin le 11 juin. Certains extrémistes ont été arrêtés.

Le 10 juin, la Nationale 1A de la ville de Phan Ri, dans le district de Tuy Phong, a été bloquée par des dizaines de personnes qui voulaient ainsi exprimer leur opposition au projet de loi sur les unités administratives et économiques spéciales. Lorsque la police est arrivée, beaucoup d'entre eux ont jeté des pierres et brisé les vitres de nombreux camions. Vers 2 heures du matin le 11 juin, la foule s'est dispersée, et le trafic est revenu à la normale.

Selon la Police de Binh Thuân, certains policiers ont été légèrement blessés mais il n'y a pas eu de décès. Le Comité populaire provincial appelle les habitants locaux à ne pas suivre ces extrémistes qui violent la loi et perturbent l'ordre public. Des enquêtes sur ces incidents sont en cours.

Agence Vietnamienne d'Information - 11 juin 2018