Des centaines de personnes étaient portées disparues, mardi 24 juillet, au Laos au lendemain de l’effondrement d’un barrage hydroélectrique en construction dans ce petit pays d’Asie du Sud-Est, a annoncé l’agence de presse officielle laotienne.

Le barrage, situé dans la province d’Attapeu (Sud-Est), non loin de la frontière vietnamienne, s’est effondré lundi soir, libérant 5 milliards de mètres cubes d’eau et faisant « plusieurs morts et des centaines de disparus », a précisé l’agence de presse officielle du régime. « Plusieurs maisons ont aussi été détruites » dans la catastrophe, d’après l’agence.

Près de 6 600 personnes étaient également sans abri mardi soir et les autorités tentaient de les évacuer de la zone sinistrée. La Thaïlande voisine a envoyé des secouristes en renfort, mais la zone sinistrée est entourée d’une forêt dense, ce qui pourrait compliquer les opérations.

Le premier ministre, Thongloun Sisoulith, s’est rendu sur place pour superviser les opérations, d’après l’agence de presse laotienne KPL. Phnom Pen s’est dit de son côté prêt à faire évacuer des habitants de la province cambodgienne de Stung Trend, frontalière avec le Laos, à quelque 70 kilomètres de la zone sinistrée.

Plusieurs dizaines de barrages sont actuellement en construction au Laos, qui exporte la majeure partie de son énergie hydroélectrique vers les pays voisins, notamment en Thaïlande.

Des barrages néfastes pour l’environnement et les économies locales

Le barrage de la province d’Attapeu, un projet de plus de 1 milliard de dollars, est en cours de construction depuis 2013. Il est développé par Xe Pian-Xe Namnoy Power Company (PNPC), une coentreprise formée par la société thaïlandaise Ratchaburi Electricity Generating Holding, l’entreprise coréenne Korea Western Power et la compagnie publique laotienne Lao Holding State Enterprise. Selon PNPC, « l’accident a été causé par des pluies continues qui ont fait s’accumuler d’importantes quantités d’eau dans le réservoir » du barrage.

D’une puissance de 410 mégawatts, il devait commencer à fournir de l’électricité à partir de 2019, d’après le site de PNPC. Et 90 % de l’énergie produite devait être exportée en Thaïlande, le reste étant distribué localement.

Depuis plusieurs années, des organisations environnementales expriment leurs inquiétudes quant aux ambitions hydroélectriques du Laos, notamment l’impact des barrages sur le Mékong, sa flore et sa faune, les populations rurales et les économies locales qui en dépendent.

Le Monde avec Agence France Presse - 24 Juillet 2018