"Plus de 130.000 personnes appartenant à 28.000 foyers sont déplacées", a déclaré un directeur du ministère des Affaires sociales, Phyu Lei Lei, citant des chiffres qui selon lui étaient valides jusqu'à mardi soir.

Nombre de déplacés ne sont pas en mesure de se rendre dans des abris ou choisissent de rester dans leurs habitations inondées, espérant que le niveau des eaux commence à baisser.

Un grande superficie de terres agricoles s'étendant sur quatre provinces est recouverte d'eau boueuse apportée par les inondations qui ont fait jusqu'ici une dizaine de morts.

Les équipes de secours tentent de rallier les villages isolés pour apporter de la nourriture aux habitants qui refusent de partir ou ne sont pas en mesure de quitter leur domicile.

Au-dessus de la ville de Madauk dans la région de Bago, les eaux sont à quelques centimètres du sommet des digues qui jusqu'ici ont résisté, mais les habitants craignent que de nouvelles pluies de mousson ne provoquent un désastre.

"Si cette digue ne résiste pas au cours de la prochaine inondation, de nombreux autres villages seront en danger", met en garde le chef d'une équipe de secours, Hlaing Min Oo, dans un entretien avec l'AFP, tandis qu'il charge un bateau de vivres destinés aux victimes des inondations.

"Pour l'instant, il est peu probable que le niveau des eaux baisse", déplore-t-il.

Des ordres d'évacuation sont en vigueur dans les provinces de Bago, Karen, Mon et Taninthari, où 36 barrages et réservoirs débordent, selon les médias d'Etat.

Une mousson particulièrement intense frappe la région, provoquant des pluies torrentielles qui ont entraîné l'effondrement d'un barrage la semaine dernière au Laos, une catastrophe qui a fait des dizaines de morts et des centaines de disparus.

La Birmanie est chaque année frappée par de graves inondations et les climatologues l'ont classée en 2015 en tête d'une liste mondiale des pays les plus touchés par les conditions météorologiques extrêmes.

En 2015, une centaine de personnes avaient été tuées dans des inondations et des centaines de milliers d'autres avaient été déplacées à l'intérieur de ce pays.

Quelque 138.000 personnes sont mortes en 2008 au cours du passage du cyclone Nargis qui a ravagé une grande partie des côtes birmanes.

Agence France Presse - 1er Août 2018