Un scandale qui attire les projecteurs sur la corruption du système financier d'un des derniers pays communistes. Ce lundi, de lourdes peines de prison ont été prononcées contre plusieurs banquiers accusés de mauvaise gestion, dans un contexte de répression de la corruption.

Au début des années 2010, le système bancaire vietnamien a été secoué par une série de scandales de mauvaise gestion et de prêts sous-réglementés, et continue de souffrir de prêts non productifs. Les autorités vietnamiennes cherchent encore des responsables pour des affaires qui ont eu lieu au cours de la décennie.

C'est notamment à la Banque de construction du Vietnam (VNCB) que les derniers scandales ont éclaté. Après des jugements en 2016 et 2017, c'est cette fois-ci un programme de prêts illégaux entre la VNCB, d'autres établissements bancaires et 29 entreprises privées qui est dans le viseur de la justice vietnamienne. Les sociétés n'ont pas été en mesure de rembourser l'argent et la VNCB a finalement été cédée gratuitement à la banque centrale vietnamienne en 2015.

Cette affaire de prêts illégaux et non remboursés aurait causé des pertes de plus de 6,1 milliards de dong vietnamiens, soit 226 millions d'euros, selon le journal officiel du département de la justice de Ho Chi Minh Ville. Ces pertes gigantesques auraient pesé sur l'ensemble du système bancaire vietnamien.

Des décennies de peines de prison

La justice vietnamienne a cherché les responsables de ce désastre financier. Ainsi, l'ancien directeur de la banque de construction Pham Cong Danh, déjà condamné dans une autre affaire de corruption en 2016, a écopé d'une peine de 20 ans de prison. Il avait déjà été condamné en 2016 à 30 ans de prison pour avoir illégalement retiré plus de 400 millions de dollars de la banque. Son ancien directeur général a lui été condamné à 10 ans de prison.

Dang Thanh Binh, ancien gouverneur de la banque centrale du Vietnam, et quatre autres collaborateurs ont quant à eux été accusés de "manque de responsabilité", et de vigilance à l'origine de ces pertes chez VNCB.

Des mandats allant de deux ans de probation à dix ans de prison ont été remis aux autres banquiers et hommes d'affaires sous les mêmes chefs d'accusation.

Un système bancaire vietnamien qui peine à se réformer

Les autorités vietnamiennes ont entamé depuis plusieurs mois une profonde réforme du système bancaire, qui est toujours une des principales faiblesses du pays. Depuis, de nombreuses arrestations, parfois très médiatisées, de riches hommes d'affaires et de cadres ont eu lieu. Pour certains, ces coups de filet permettent également à Hanoï d'éliminer ses opposants politiques. En 2017, un ancien dirigeant de banque avait même été condamné à mort pour escroquerie, un autre à perpétuité.

Le Vietnam est l'un des pays les plus corrompus d'Asie. Malgré la forte croissance économique enregistrée ces dernières années, le pays communiste se classe 107e sur 180 pays dans l'indice de perception de la corruption, publié par Transparency International, derrière la Thaïlande, l'Indonésie et la Chine.

La Tribune - 6 Août 2018