Il s'agit du dernier incident en date autour du système controversé de traitement des addictions dans ce pays d'Asie du sud-est.

Plusieurs évasions ont été constatées au cours des dernières années, la plus récente étant survenue ce matin dans la province de Tien Giang (sud), a indiqué un officier de police sous couvert de l'anonymat. Près de la moitié des 200 évadés ont été capturés, mais «il y a toujours une centaine de patients en fuite recherchés par la police», selon lui.

Dispute

Une dispute avec le personnel de l'établissement a dégénéré en une émeute, et les patients, armés de couteaux et de briques, ont brisé la porte d'entrée et se sont échappés, selon le site internet contrôlé par l'Etat VnExpress. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des dizaines d'hommes, la plupart torse nu, errant sur une autoroute près du centre de traitement.

«Ils sont passés près de chez moi ... en criant comme des manifestants. Quand nous les avons vus, nous étions effrayés et inquiets», a raconté à l'AFP Le Hai Trieu, qui habite près du centre. Les habitants ont proposé d'aider les policiers à retrouver les fugitifs.

220.000 patients

Certaines personnes dépendantes doivent en vertu de la loi passer jusqu'à deux ans dans un centre de traitement des addictions, d'autres sont internées par des membres de leur familles, ou certains y entrent de leur propre gré.

Plus de 650 personnes sont internées dans le centre de Tien Giang, selon un autre média contrôlé par l'Etat, mais le nombre de personnes l'ayant intégré de leur propre gré est inconnu. Plus de 220.000 personnes sont enregistrées dans des établissements similaires au Vietnam, selon des statistiques gouvernementales publiées l'année dernière, la plupart dépendantes à la méthamphétamine ou à l'héroïne.

Le Figaro avec Agence France Presse - 11 Août 2018