Les Filles de Phnom Penh capture les derniers vestiges de l’innocence, montre le quotidien de ces gamines qui déclarent faire cela pour aider leurs familles. Pas de voix off, seulement la voix de ces filles qui confient leur histoire avec tristesse, lassitude, parfois avec humour.

Raconté avec leurs propres mots d’adolescentes, Les Filles de Phnom Penh se veut aussi une histoire de rédemption, d’espoir et de fraternité. Le lien qui unit les trois jeunes filles est assez extraordinaire, comme trois soeurs unies contre les horreurs du monde qu’elles doivent affronter.

Srey Leak a été déflorée par un inconnu quand elle avait 14 ans. Comme beaucoup de Cambodgiens, son violeur croyait que sa virginité augmenterait sa bonne santé et sa virilité.

Sa famille a utilisé l’argent pour payer les frais médicaux de sa mère malade. Ses deux amies, Me Nea et Cheata, ont choisi de se vendre pour soutenir leurs familles et leurs jeunes frères et soeurs.

Les Filles de Phnom Penh a été filmé sur une période de six mois entre 2008 et 2009. Avec une bande son de Nick Cave et Warren Ellis, c’est un documentaire à ne pas manquer, loin des oeuvres racoleuses et poverty porn show qui ont déjà surexploité le sujet.

Projection à : META HOUSE #37 Boulevard Sothearos. Phnom Penh 12301- Mardi 21 Août à 19h

Cambodge Mag - 19 Août 2018