Aucun changement ne figure dans le calendrier 2019 de Formule 1 publié vendredi à Monza (Italie) ; cela n’empêche pas certains pays de faire de l’œil à Liberty Media pour dégoter une place dans la discipline tel que le Vietnam.

Ce n’est pas une lubie ; le gouvernement vietnamien a lui-même soutenu ce projet, comme l’indique un communiqué paru jeudi et repris par Reuters. « Tous les ministères et les agences du gouvernement soutiennent l’idée de créer un nouvel événement à Hanoï (capitale du pays) », indique Mai Tien Dung, le chef du bureau du gouvernement.

Chase Carey, patron de Liberty Media, a évoqué en juin dernier l’idée d’une épreuve dans les rues de Hanoï, mégapole de 7,5 millions d’habitants. Ce serait la première course en Asie du sud depuis le départ de la Malaisie en 2017.

« Les autorités municipales de Hanoï ont demandé aux habitants résidant dans la zone du futur circuit leur avis à propos d’une course et ils se sont tous montrés enthousiastes, afin d’attirer les touristes », complète Mai Tien Dung. Le tracé ne serait pas bâti avec des fonds publics, assure le Premier ministre Xuan Phuc, mais plutôt grâce à des investissements de la part d’entreprises du monde du business.

Quand peut-on s’attendre à voir les F1 au Vietnam ? Aucune date n’est annoncée, pas même par les responsables de la F1. « Nous sommes engagés dans un processus de discussions avec un certain nombre de lieux qui n’ont pas aujourd’hui de Grand Prix », se contente de dire Chase Carey depuis l’Italie. Il faudrait déjà résoudre le dossier relatif à Miami (Floride) pour réellement ouvrir le calendrier à d’autres nations.

Par Medhi Casaurang-Vergez - Autohebdo.fr - 1er septembre 2018