Rassemblant tous les travailleurs pour vérifier leurs papiers, une centaine d'entre eux se sont retrouvés incarcérés en attendant d'être renvoyés en Birmanie. La descente de police dans ce quartier réputé pour accueillir les migrants fait partie d'une action plus large, ainsi les autorités se sont déployées de façon similaire à Phuket ainsi qu'à Samut Sakhin, deux autres zones réputées pour abriter de nombreux migrants.

Désireuses de faire le ménage, la Thaïlande semble cependant vouloir montrer une certaine clémence, ainsi les détenteurs de papiers ayant expiré il y a peu ne seront pas déportés, à l'inverse de tous les autres. Des contrôles anti-drogues ont également été menés et toutes les personnes dont le test s'est révélé positif ont reçu une amende. L'ambassade de Birmanie en Thaïlande a annoncé que 34 926 Birmans hébergés dans les camps de Mae Sot, Mae Sai et Ranong avait été rapatriés entre juillet et septembre de cette année.

Lepetitjournal.com - 22 octobre 2018