L’ancien tortionnaire khmer rouge « Douch » est hospitalisé dans un état « assez grave », selon Chat Sineang, directeur de la prison de Kandal, où il est détenu. Kaing Guek Eav, alias « Douch », 76 ans, souffre de problèmes respiratoires depuis le 20 octobre. Il a été transféré dans un hôpital à Phnom Penh.

Bourreau méthodique et zélé du mouvement communiste radical de Pol Pot au Cambodge, Douch a dirigé durant quatre années la sinistre prison S-21 où plus de 15 000 opposants ont été torturés et exécutés. Il a été coresponsable du Santebal, la police politique du régime khmer. De ce fait, il a été condamné en 2012 en appel à une peine de prison à perpétuité par le tribunal de Phnom Penh parrainé par l’ONU.

Après la chute de la dictature qui a décimé un quart de la population cambodgienne, il a continué d’appartenir au mouvement puis travaillé pour des organisations humanitaires. Après des années à se cacher, il a été reconnu en 1999 par un photographe irlandais, Nic Dunlop.

Lors de son premier procès en 2009, « Douch » avait demandé pardon aux rares survivants et familles des victimes, tout en arguant n’être qu’un serviteur et non un haut responsable du régime qui devait donc échapper à la compétence du tribunal.

A ce jour, seuls deux autres responsables khmers rouges, Khieu Samphan et Nuon Chea, ont été condamnés, comme lui à la prison à vie. Pol Pot est mort en 1998, avant d’être jugé. Ieng Sary, l’un des fondateurs du mouvement, et qui fut ministre des Affaires étrangères du régime, est mort en 2013 pendant son procès.

Le Parisien avec Agence France Presse - 24 octobre 2018