L'enquête est menée et publiée chaque année depuis huit ans et la Birmanie y a fait son entrée pour la première fois cette année. Sur les 88 pays inclus dans cette enquête, la Birmanie a été classé 82 pour la capacité de sa population a s'exprimer en anglais avec la mention “très faible maîtrise”. En réduisant l'enquête à la zone Asie dans sa totalité, la Birmanie est classée 18ème sur 21 pays. Une explication donnée par l'enquête de ce classement, en retrait de la plupart des autres pays de la zone Asie du Sud Est, est notamment le manque d'investissement dans l'éducation : “Juste 2% du PIB sont alloués à l'éducation en Birmanie”.

L'étude avance également les travaux informels ne donnant pas accès aux travailleurs à des formations payées par l'entreprise. L'étude relève cependant que le pays s'ouvre à de nombreux établissements privés qui sont des branches d'écoles provenant de l'étranger et qui vont sans nulle doute permettre aux jeunes générations pouvant se payer ces études de relever le niveau. Il y a donc fort à parier que la Birmanie progresse dans ce classement dans les années à venir. Pour cette année, c'est la Suède qui occupe la première place et la France est à la 35ème place. Si l'on réduit la zone géographique à l'Europe, la France est alors 25ème sur 32.

Lepetitjournal.com - 5 novembre 2018