Cette interdiction, initialement adoptée lors d’une campagne populiste menée par l’ancien Premier Ministre Thaksin Shinawatra, a été renouvelée par un Décret Royal publié jeudi passé. Bien que les bars existants soient autorisés à poursuivre leurs activités, de nouveaux permis d’exploitation ne peuvent, en théorie, pas être délivrés.

Dans les provinces concernées, « il ne sera pas possible d’ouvrir de nouveaux établissements », a déclaré Wisitthipat Anantarasuchart, responsable de la division juridique du Ministère de l’intérieur. « Ceux déjà en place peuvent toujours continuer à renouveler leur licence tous les ans. »

Par ailleurs, les hôtels ne sont pas concernés par cette décision.

Les 22 provinces sont Kamphaeng Phet, Chai Nat, Chumphon, Nakhon Nayok, Nonthaburi, Nan, Pathum Tani, Pattani, Phayao, Phang Nga, Phichit, Phetchaburi, Yasothon, Ranong, Sakhon Nakhon, Satun, Sing Buri, Sukhothai, Suphan Buri, Nong Khai, Ang Thong et Uthai Thani, indique Khaosod.

Cette interdiction se fonde sur une loi adoptée par le Gouvernement militaire en 1966, qui confère aux autorités le pouvoir de réglementer les lieux de divertissement et de consommation de boissons alcoolisées, dans le but de « protéger la morale publique ».

En 2002, l’administration du Premier Ministre Thaksin a imposé cette interdiction dans 26 provinces. Bueng Kan a ensuite été ajoutée au moment de la création de cette province en 2011.

En 2016, le Gouvernement militaire a revu cette liste et a demandé aux provinces concernées si elles souhaitaient maintenir ou non ce statut, a expliqué Wisitthipat. Cinq d’entre elles ont voulu se retirer et ont été écartées du Décret publié jeudi.

Ces cinq provinces sont : Kanchanaburi, Bueng Kan, Ayutthaya, Nong Bua Lamphu et Si Saket.

Par Nicolas - Siam Actu - 27 novembre 2018