Le ministre a justifié sa requête par l’importance d’une communication plus directe entre ministères ainsi qu’entre le gouvernement et la population. “Le e-GIDC bénéficiera considérablement au pays. Il en augmentera la sécurité et à travers cela, le commerce, le secteur social et la sante publique s’amélioreront d’autant.” Un exemple sur lequel il a insisté : une telle plate-forme permettrait aux gouvernements et parlements régionaux d’accéder plus facilement aux informations dont ils ont besoin.

De même, les citoyens pourraient se servir de cette structure pour trouver les données nécessaires afin de développer leurs commerces. La direction de l’Information et de la Cybersécurité sera en charge de construire le e-GIDC si les fonds sont débloqués. L’idée est de commencer en Janvier 2019 pour une période estimée à 3 ans. La plate-forme serait donc opérationnelle à partir de 2021. Le prêt serait remboursé durant 25 ans à un taux d’intérêt de 0.01% par an.

Lepetitjournal.com - 6 décembre 2018