Trois jeunes Birmans ont été condamnés à six mois de prison dans l'Etat Kachin (nord) à la suite d'une manifestation pacifique, pour diffamation envers l'armée, a indiqué leur avocat samedi, un "avertissement effrayant" selon Amnesty International.

"Ces peines de prison sont le reflet des attaques continues" envers la société civile qui exprime son opinion sur l'armée, a réagi Tirana Hassan, directrice du programme Réaction aux crises d'Amnesty International. "Le message envoyé à tous ceux qui veulent dire la vérité à propos de la barbarie des forces armées birmanes dans les états Kachin et Shan est effrayant."

Les jeunes chefs de file du mouvement, Lum Zawng, Nang Pu and Zau Jet, avaient contribué à l'organisation d'une manifestation pacifiste en avril à Myitkyina, la capitale de l'Etat Kachin, afin d'attirer l'attention sur la détresse de centaines de déplacés par les combats entre l'armée et les insurgés de la province. Ils ont été condamnés vendredi à six mois de prison et des amendes de 320 dollars chacun.

La province Kachin est en proie à une guerre civile, les rebelles affrontant une l'armée depuis une soixantaine d'années pour l'autonomie et l'affirmation de leur identité mais aussi pour le contrôle d'un territoire riche en ressources naturelles, notamment le jade. Les combats se sont dramatiquement intensifiés cette année, forçant des milliers de personnes à fuir vers des camps dans des régions isolées de l'Etat avec un accès insuffisant aux soins.

Le tribunal a estimé que les trois condamnés "portaient atteinte aux forces armées birmanes", a réagi l'avocate Doi Bu auprès de l'AFP, ajoutant qu'ils ont l'intention de faire appel.

L'Union européenne a fait part de son "profond regret" à propos de ces condamnations, et demandé que les peines soient révisées.

Les groupes de défense des Droits de l'homme estiment que 106.000 personnes croupissent dans des camps de déplacés dans les états voisins Kachin et Shan.

La communauté Kachin est majoritairement chrétienne, dans un pays massivement boudhiste.

Un autre conflit contre la minorité musulmane rohingya, dans le nord de l'Etat Rakhine, préoccupe depuis plusieurs années la communauté internationale.

Agence France Presse - 8 décembre 2018