La Thaïlande, qui n'est pas signataire de la convention des Nations unies sur les réfugiés, est depuis longtemps critiquée pour retenir ces derniers dans des centres de détention ou pour les renvoyer dans des régimes répressifs où ils risquent la prison ou pire encore.

De nombreux cas ne font pas la une des journaux, mais cela a changé ce mois-ci lorsque Rahaf Mohammed al-Qunun, une ressortissante saoudienne de 18 ans, est arrivée à Bangkok et a évité l'expulsion en se barricadant dans un hôtel de l'aéroport, tweetant le moment en direct.

Elle a finalement été remise à l'agence des Nations Unies pour les réfugiés en quelques jours et réinstallée au Canada en une semaine, où elle a été accueillie par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, après son arrivée à Toronto samedi.

Al-Qunun a déclaré qu'elle avait été victime d'abus dans le royaume ultra-conservateur et qu'elle avait refusé de voir les membres de sa famille venus en Thaïlande après sa fuite.

La rapidité du traitement de son dossier fut sans précédent pour la Thaïlande, supervisé quasiment de bout en bout par le chef de l'immigration, Surachate Hakparn. Surnommé "Big Joke", cet officier fin connaisseur des médias et connu pour son franc-parler a été nommé récemment à ce poste et a promis des réformes.

- 'Normes internationales' -

Répondant à des questions sur le traitement réservé aux réfugiés par la Thaïlande, Surachate a déclaré lors d’une conférence au Club des Correspondants Etrangers de Thaïlande (FCCT) qu'il adopterait une nouvelle approche et que, sous sa supervision, "personne ne sera renvoyé au pays s'il ne veut pas rentrer chez lui" ".

Il a ajouté qu'en tant que chef du département, "nous allons maintenant respecter les normes internationales".

Les réclamations rencontrent toutefois un certain scepticisme compte tenu de l'arrestation, en novembre dernier par la Thaïlande, du footballeur réfugié Hakeem Alaraibi, qui avait obtenu le statut de résident permanent en Australie mais a malgré tout été arrêté à l'aéroport de Bangkok alors qu'il venait dans le royaume pour ses vacances avec son épouse.

Alaraibi, un ancien joueur de l'équipe nationale de Bahreïn, est recherché pour des accusations en lien avec la dégradation d’un poste de police au moment du Printemps arabe dans cet Etat du Golfe. Mais des groupes de défense des droits affirment que les allégations sont fausses d’autant qu'il disputait un match à l’étranger au moment des faits.

Surachate a déclaré que l'affaire était différente car il y avait un mandat d'arrêt en cours pour Alaraibi à Bahreïn. Mais il a affirmé qu'il pourrait plaider sa cause devant le tribunal.

L'Australie a demandé à ce qu’Alaraibi soit renvoyé dans le pays, où il vit - résidant à Melbourne, il joue pour une équipe de football semi-professionnelle.

Le chef de la police de l’Immigration thaïlandaise a également déclaré que le traitement du dossier de Rahaf ne servirait pas de modèle pour d’autres cas en Thaïlande dans l’avenir et a refusé d’admettre que les autorités ont cédé sur ce coup à la pression lorsque l'histoire est devenue virale, la jeune femme mobilisant des dizaines de milliers d'abonnés sur Twitter.

"Chaque cas sera considéré au cas par cas."

Lepetitjournal.com avec Agence France Presse - 17 janvier 2019