Selon un rapport du ministère de l’économie et des finances cambodgien présenté mardi 15 janvier, l’économie cambodgienne a connu un taux de croissance de 7,3% lors de l’année 2018. Le directeur général adjoint du ministère Chhang Vannarith a indiqué que ces chiffres dépassent les attentes du gouvernement pour cette dernière année. D’après lui, cette forte croissance du produit intérieur brut (PIB) s’explique par une forte hausse des exportations lors des onze premiers mois de 2018, chiffrée à 16,3%, ainsi qu’une augmentation de 22% des importations, notamment du textile ainsi que du matériel de construction. La croissance s’élevait à 6,8% en 2017. Ces cinq dernières années, le PIB cambodgien augmentait en moyenne de 7% par an.

Les secteurs du textile et de l’hôtellerie ont connu une croissance importante, mais c’est dans le domaine du bâtiment que l’on constate la plus importante croissance, de l’ordre de 18,1%.

Selon Chhang Vannarith, ces chiffres reflètent l’évolution du mode de vie des cambodgiens et le développement du commerce, au détail comme en gros. Le rapport du ministère note que l’inflation reste modérée, ce qui résulte notamment de la politique d’exemption de taxes sur certains produits importés comme l’essence..

Le gouvernement déclare être conscient que ces chiffres démontrent le commencement d’une nouvelle transition économique qui se traduira certainement par une augmentation de son impact dans la zone ASEAN. L’objectif annoncé est donc de soutenir une telle croissance en diversifiant l’économie cambodgienne, notamment dans les secteurs des services et de l’industrie.

Le ministère de l’économie et des finances considère que cette diversification sera d’autant plus nécessaire en cas de suspension de l’accord préférentiel européen. Cet accord permettant la suppression des barrières douanières de l’UE vis-à-vis des Pays les Moins Avancés (PMA) accorde au Cambodge un statut commercial privilégié.

Le gouvernement souligne également que la guerre commerciale que se livrent la Chine et les Etats-Unis pourrait avoir des conséquences néfastes sur son économie. Chhang Vannarith ajoute qu’un ralentissement de l’économie chinoise pourrait avoir des conséquences sur l’économie globale.

Par Paul Vernois - lepetitjournal.com - 17 Janvier 2019