Le Vietnam a fait un pas de plus vers l’exploration de la galaxie avec le lancement réussi vendredi matin d’un satellite réalisé par des ingénieurs nationaux.

Le lancement du satellite Micro Dragon a eu lieu à 7h50 (heure de Hanoï) au Centre spatial d’Uchinoura dans la préfecture de Kagoshima, au Japon.

Ce satellite d’observation de la Terre a été embarqué par une fusée Epsilon 4, qui transportait également six satellites japonais.

M. Vu Anh Tuan, directeur adjoint du Centre spatial national vietnamien (VNSC), a déclaré que les premiers signaux du satellite devraient être reçus sous un à deux jours. Il faudra ensuite un à trois mois pour que le satellite fonctionne de façon régulière.

M. Tuan était présent au Japon pour observer le lancement.

« Micro Dragon est une nouvelle étape pour le Vietnam dans la maîtrise progressive de la conception et de la production des satellites », a-t-il déclaré.

« La production de nos propres satellites aidera le Vietnam à les utiliser dans d’autres contextes. Ils ne seront pas seulement utilisés pour observer la Terre, mais aussi pour prévenir les catastrophes naturelles et pour lutter contre le changement climatique. »

Après Micro Dragon, de nouveaux satellites vietnamiens en vue

« Le Vietnam n’aura plus besoin de dépendre de tiers pour la production de satellites. Cela facilitera également le développement d’autres industries comme les matériaux, la construction mécanique et l’automatisation », a expliqué M. Tuan.

Micro Dragon a été développé par 36 ingénieurs vietnamiens du Centre spatial national avec l’aide d’experts japonais. Ceux-ci ont été envoyés dans cinq grandes universités japonaises entre 2013 et 2017 pour y étudier les technologies spatiales.

Les travaux ont débuté en 2013 et le satellite a pu être testé avec succès en 2017.

Par Jira - Siam Actu - 19 janvier 2019

Celui-ci pèse 50 kg et mesure 50 cm x 50 cm x 50 cm. Il a pour mission d’observer les zones côtières afin d’évaluer la qualité de l’eau, de localiser les ressources halieutiques et de surveiller les changements dans les eaux côtières pour servir l’industrie de l’aquaculture du Vietnam.

Il peut aussi recevoir des signaux de la terre ferme et transférer des données vers d’autres lieux distants, tout en expérimentant de nouveaux matériaux comme l’oxygène atomique et les cellules solaires recouvertes d’oxyde d’étain à l’antimoine.

Le lancement était initialement prévu pour jeudi matin mais a été reporté en raison de conditions météorologiques défavorables.

En novembre 2013, le VNSC avait conçu et lancé avec succès Pico Dragon, un petit satellite de 10 cm x 10 cm x 11,35 cm.

Grâce à ce nouveau succès, le Vietnam prévoit de construire les satellites LOTUSat-1 et LOTUSat-2, pesant chacun environ 600 kg et mesurant 1,5 m x 1,5 m x 3 m, rapporte VietNam News.