Et ce n’est pas la première fois qu’un touriste se retrouve en difficulté à cause de cela en Thaïlande, mais l’histoire de Cécilia Cornu a intéressé les médias français et c’est une bonne chose pour aider à diffuser cette information à grande échelle et marquer les esprits.

En fait sur des forums de voyage il y a encore de nombreux débats à ce sujet, certains racontant leurs déboires avec la police, le montant des amendes qu’ils ont du payer, et d’autres, fiers de raconter qu’ils ont vapoter tout le long de leur périple sans rencontrer de problème.

La mésaventure de Cécilia a cause de sa cigarette électronique

C’est sur la belle île de Phuket que cette histoire est arrivée, là où quelques mois auparavant une touriste néo-zélandaise a aussi vécue un enfer, bien différent néanmoins.

Le témoignage de Cécilia Cornu à été recueillit par un journaliste de Nice-Matin :

« J’étais sur un scooter avec mon fiancé, mes parents et mon frère nous suivaient »

« J’avais à la main ma cigarette électronique.

Quatre policiers nous ont arrêtés.

Ils m’ont arraché des mains la vapoteuse en nous réclamant 40.000 bahts (l’équivalent de 1.132 euros) de la main à la main, le tout dans un anglais baragouiné.

J’ai refusé de payer », témoigne encore Cécilia.

Elle se retrouve alors menottée et embarquée au commissariat sans savoir que sa vapoteuse est interdite.

Ensuite les policiers thaïlandais ont fait pression pour l’obliger à payer.

Il y a des policiers très bien en Thaïlande, mais certains sont impliqués dans des trafics divers et sont des vrais mafieux qui agissent en toute impunités.

Et cette loi incompréhensible pour beaucoup est une aubaine pour ce genre de policier, cela leurs permets de demander beaucoup d’argents aux touristes, un bakchichs que de nombreux touristes préfèrent payer plutôt que de se retrouver dans les prisons thaïlandaises qui n’ont pas la même réputation que les plages de Phuket !

Cécile Cornue a refusé de payer, alors elle a été arrêté et son passeport a été confisqué.

Ensuite elle est passée en procès et a écopé d’une amende de 857 baht (23 euros), mais n’a pas été informée qu’elle allait passer des jours en prisons. 4 jours de prison pour vapotage

La veille de son retour en France, alors qu’elle va récupérer son passeport au bureau de l’immigration, elle apprend qu’elle est transférée à Bangkok pour être expulsée !

Et à son arrivée dans la capitale thaïlandaise, elle est mise en prison.

« J’ai été écrouée dans une pièce de soixante-dix mètres carrés encerclée de barreaux, où nous étions soixante femmes à cohabiter avec douze ventilateurs dans une température assommante de quarante degrés »

Elle va alors passer 4 jours et trois nuits difficiles avant de pouvoir repartir en France :

« La nourriture était jetée par des fentes à travers le grillage comme dans les cachots du Moyen-Age.

Pour boire, c’était dans de vieux pots de peinture. J’ai vécu l’enfer ! »

Au final, au lieu de payer les 1132 euros que réclamaient les policiers lors de son arrestation, elle en a eu pour 23 euros et a été nourrie logé pendant trois jours.

Donc souvenez-vous de cela et prévenez bien les personnes de votre connaissances qui ont l’intention de faire un voyage en Thaïlande :

Les cigarettes électroniques sont comme les sardines à l’huile strictement interdites en Thaïlande !

Enfin, non, les sardines à l’huile son encore autorisé, mais informez vous quand même avant le départ car les lois peuvent changer et c’est partout pareil :

Nul n’est sensé ignorer la loi !

Toutelathailande.fr - 24 février 2019