Il dénonce le manque d’humour « du régime autoritaire » d’Hanoï. Le sosie de Kim Jong-un, interpellé au Vietnam en amont du sommet entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump, a été expulsé du pays lundi.

Howard X et l’imitateur du président américain Russell White avaient mis en scène vendredi leur propre « sommet » dans le centre de la capitale vietnamienne. Une dizaine de policiers s’étaient ensuite présentés dans une station de télévision locale où les deux hommes donnaient une interview, leur demandant de cesser leurs apparitions. « Je suis né avec la même tête que Kim Jong-un, c’est ça le vrai délit »

Lors d’un point presse lundi matin à son hôtel, Howard X, résident de Hong Kong, a dénoncé comme biaisée la raison avancée par le régime communiste vietnamien à son expulsion : un visa non-valide. « La vraie raison (de mon expulsion), c’est que je suis né avec la même tête que Kim Jong-un, c’est ça le vrai délit », a-t-il déclaré devant la presse avant de monter à bord d’un véhicule, accompagné de trois Vietnamiens en uniforme.

L’imitateur de Donald Trump, originaire du Canada, a quant à lui été autorisé à rester, mais sans apparitions publiques en tant que Donald Trump, le visage exagérément bronzé et les cheveux gominés. « Je pense que le vrai Donald Trump a le sens de l’humour parce qu’il est toujours là. Soit ça, soit ils ne peuvent pas payer son billet d’avion pour le Canada », a plaisanté Howard X, dénonçant le régime autoritaire de Hanoï comme « un Etat à parti unique sans aucun sens de l’humour ». Il avait déjà eu des problèmes à Singapour

Les deux hommes se sont embrassés devant la réception de l’hôtel, où le sosie de Donald Trump a porté les bagages de Howard X, devant les caméras des journalistes.

Howard X avait déjà rencontré des problèmes en juin lors de son apparition à Singapour avant le premier sommet Trump-Kim : il avait été retenu lors de contrôles de sécurité à l’aéroport et on lui avait intimé de se tenir à l’écart des endroits où se déroulait le sommet. Il avait cependant été autorisé à entrer dans la ville-Etat.

Les vrais Kim Jong-un et Donald Trump doivent quant à eux se retrouver mercredi et jeudi à Hanoï pour donner de la substance à la déclaration vague sur la dénucléarisation après leur premier rendez-vous à Singapour en juin dernier.

20 Minutes avec Agence France Presse - 25 février 2019


Vietnam: gare bouclée avant l'arrivée de Kim

La gare vietnamienne où le train blindé de Kim Jong-un devrait franchir la frontière avec la Chine était fermée au public et encerclée par des gardes armés aujourd'hui, a constaté l'AFP à deux jours du sommet entre le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump. Kim est monté à bord de son train vert olive frappé d'un liseré jaune samedi à Pyongyang. Le convoi a été aperçu quelques heures plus tard en train de passer en Chine.

Le train, qui semble-t-il a évité Pékin, a pris vraisemblablement la route du sud, en direction du Vietnam, qui se prépare à accueillir le deuxième tête-à-tête avec Donald Trump après leur première rencontre historique en juin à Singapour. Selon des sources vietnamiennes, Kim pourrait arriver en gare de Dong Dang aux premières heures demain, après une périple de 4.000 kilomètres, soit deux jours et demi de trajet. Le dirigeant nord-coréen devrait ensuite probablement gagner Hanoï par la route. Et mesure sans précédent, le tronçon de 170 kilomètres sera entièrement fermé demain entre 06 heures et 14 heures, heure locale. Un journaliste de l'AFP a vu aujourd'hui des gardes armés à la gare de Dong Dang, où des ouvriers travaillaient sur les voies. La gare "est fermée, il n'y a aucun accès public. Nous ne savons pas jusqu'à quand elle restera fermée mais jusqu'à demain à peu près", a déclaré un garde à l'AFP.

Selon deux sources, le dirigeant nord-coréen va séjourner dans un hôtel moderne du centre de Hanoi, à un kilomètre environ du palais du Tonkin, la maison des hôtes du gouvernement vietnamien, un bâtiment de l'ère coloniale française évoqué comme site possible pour le sommet. Un employé de l'hôtel Melia a déclaré à l'AFP sans autre précision que l'établissement était complet jusqu'à début mars. Le centre de presse de la Maison Blanche y aura ses quartiers tandis que du personnel de sécurité nord-coréen y a été vu dimanche.

Le dirigeant nord-coréen devrait profiter de son séjour au Vietnam pour visiter des zones industrielles dans les provinces de Quang Ninh et Bac Ninh, où se trouve une usine du géant sud-coréen Samsung. La Corée du Nord, qui a engagé discrètement depuis quelques années des réformes économiques et où le contrôle de l'Etat s'est un peu infléchi, pourrait être intéressée par le modèle vietnamien, pays communiste où le gouvernement garde le contrôle total sur le pouvoir tout en bénéficiant de l'économie de marché.

Le Figaro avec Agence France Presse - 25 février 2019