"Les journalistes ayant péri dans l’accident d’avion au Vietnam ont droit à un meilleur hommage. Il n’existe aucune salle en leurs noms qui sont également absents sur la stèle érigée à la Place de la Liberté de la presse alors qu’ils étaient des martyrs du devoir national, au même titre que ceux qui y figurent", a déploré M. Amimour, lors de son passage au Forum du quotidien El-Moudjahid.

En visite de travail à la République du Vietnam, le président Houari Boumediene avait désigné ce dernier à la tête de la délégation des journalistes en mission de couverture de l’événement, en sa qualité de Conseiller à la Communication, a-t-il rappelé, avant de noter que "seul un boulevard" dans la commune de Hydra (Alger), baptisé "Les Martyrs du Vietnam", rappelle ce tragique évènement ayant "couté la vie aux meilleurs enfants de l’Algérie".

"Ce serait le moindre des droits à l’égard de ceux qui se sont sacrifiés pour le pays, dans une mission politique où ils étaient partie prenante", a-t-il poursuivi, avant de souligner "le choc émotionnel" qui avait submergé feu Boumediene pour les avoir "tous connus et suivi leur travail", notant qu’à l’époque, les journalistes étaient "les personnes les plus proches" du chef de l’Etat.

"Houari Boumediene avait tenu à accueillir lui-même leurs dépouilles à leur arrivée à l’aéroport d’Alger. Là, je l’ai vu verser des larmes", a encore témoigné M. Amimour, soulignant "l’impact" de cet événement sur le plan politique national, à savoir les décisions prises les mois suivants par l’ancien président, citant notamment le référendum sur la Charte nationale puis la Constitution de 1976.

Ancien journaliste à El-Moudjahid, Mahmoud Boussoussa a tenu à rendre hommage à ses confrères décédés au Vietnam dont il a rappelé tous les noms: Il s'agit de Saleh Dib, Abderrahman Kahwadji, Mahmoud Midate, Mustapha Kaboub, Abdelkader Bouhmia, Mohamed Bekaï, Laaredj Boutrif, Rabah Haned, Sebti Mouaki (Télévision algérienne). L'agence Algérie Presse Services (APS) avait perdu deux représentants, à savoir Ahmed Abdelatif (journaliste) et Mohamed Taleb (photographe). Mohamed Sahraoui, Tayeb Harket, Djilali Djedar, Mohamed Attalah représentaient d'autres organes médiatiques publics.

L'intervenant s'est souvenu, qu'eu égard à la violence de l'accident, il a fallu quatre (4) jours à l'équipe médicale vietnamienne pour identifier les corps des victimes et que d'autres difficultés sont apparues pour procéder au rapatriement des dépouilles vers l'Algérie pour y être enterrées.

Le 8 mars 1974, l’avion militaire qui transportait la délégation de journalistes nationaux et vietnamiens, en provenance de l’aéroport international de Hanoï, a percuté violemment des arbres au niveau du tarmac de l’aéroport militaire de la même ville et à partir duquel il devait regagner Alger, au terme de la visite présidentielle. Aux côtés des quinze journalistes et assimilés algériens, neuf ( 9) journalistes vietnamiens et trois (3) membres de l’équipage y avaient également trouvé la mort.

Algérie Presse Service - 5 mars 2019