Les locaux voient la course comme une célébration de ces animaux vénérés - traditionnellement considérés comme des membres de la famille dans cette région du Vietnam - mais les défenseurs des animaux appellent à mettre fin au festival jugé cruel et d'un autre temps.

Normalement organisé tous les deux ans, le festival de l'éléphant de Buon Don - un évènement touristique majeur - présente des matchs de football, des séances de natation, une parade et un buffet pour les animaux, couronnés par une course très attendue qui se tient les deux derniers jours du festival.

Y Hoi explique que les succès passés de son animal durant cette course populaire ont valu à son animal et lui une place de choix dans son village de la province centrale de Dak Lak, qui abrite un grand nombre des derniers éléphants du Vietnam. "Il remporte souvent la première place au cours de cette compétition à Dak Lak", a déclaré l'homme de 38 ans qui a commencé à prendre soin d'éléphants alors qu'il était jeune garçon.

La routine pré-course de son éléphant inclut une alimentation régulière à base de bananes et de canne à sucre pour lui donner de la force, a expliqué Y Hoi de la minorité ethnique des Ede à l'AFP. Cela semble fonctionner : il a conduit son éléphant Kham Sinh vers la victoire, battant dix autres éléphants et décrochant un prix de 130 dollars (environ 115 euros).

"L'un des niveaux les plus élevés de cruauté animale"

Le festival attire des centaines de spectateurs encourageant les participants mais aussi des défenseurs des animaux jugent que les éléphants ne devraient pas être forcés à travailler de longues heures sous le soleil brûlant, puis battus à l'aide de bâtons durant la course. "C'est l'un des niveaux les plus élevés de cruauté animale, en particulier parce que c'est du divertissement", a déclaré Dionne Slagter de l'ONG Animals Asia.

Cette activiste était heureuse de voir moins d'éléphants participer aux festivités de cette année - à peine 14 sur les douzaines de ces dernières années - mais elle espère que les autorités adoptent une approche plus éthique du tourisme animal dans le futur. L'an passé, Animal Asia a lancé les premières promenades éthiques, offrant une chance aux visiteurs de voir les éléphants que l'ONG a secourus évoluer en liberté dans le parc national.

Plus de 80 éléphants sont encore maintenus en captivité au Vietnam, généralement utilisés pour les balades à dos d'éléphant - un travail éreintant qui a rendu la majorité d'entre eux infertiles. Les 100 à 150 éléphants sauvages se sont par ailleurs montrés peu enclins à multiplier leur nombre, laissant planer l'inquiétude pour l'avenir de la population.

Le festival fait ainsi naitre chez certains spectateurs comme Vu Tran Minh Anh des sentiments partagés. "Je ne pensais pas que les éléphants pouvaient faire tant de choses comme jouer au football, courir et nager", a confié l'étudiant à l'AFP. "Mais j'ai effectivement de la peine pour les éléphants".

Agence France Presse - 13 mars 2019