Avec près d'un million de voix d'avance selon des résultats sur 90% des votes dépouillés, les anciens militaires semblent bien avoir remporté la légitimité dont ils avaient besoin, légitimité par les urnes qui était réclamée par la communauté internationale.

Selon des résultats préliminaires, sur cette de dépouillement, plus de 7,3 millions d'électeurs thaïlandais (sur un total de quelque 50 millions) ont voté pour le parti de la junte, le Palang Pracharat, selon la commission électorale. Arrive derrière lui, avec 6,8 millions d'électeurs, le plus grand parti d'opposition, le Pheu Thai de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra.

Ce soir, au siège du parti Palang Pracharat, les officiels sont satisfaits - ils garderaient ainsi la main sur l'exécutif -, mais ils ne crient pas encore victoire et se disent prêts à discuter avec certains partis pour asseoir leur majorité sur une coalition. Une des explications de ce résultat réside peut-être dans un récent virage très social par la junte.

La déception est évidemment très rude dans le cas de l'opposition, mais elle ne « va pas se prononcer alors que le dépouillement continue », ont dit des cadres du parti. Juste avant minuit, le Peu Thai décide d'annuler sa conférence de presse face à une tendance assez claire à défaut de chiffres précis : le premier parti d'opposition réalise un score inférieur aux projections. Le Peu Thai peut-il encore sauver l'élection en s'alliant avec certains de ses rivaux ? Impossible à dire sans un décompte précis, mais un peu plus tôt dans l'après-midi, la cheffe de file du parti avec lancé cet avertissement : en aucun cas, il y aura de compromis avec Prayut Chan-o-cha, le chef de la junte. « Nous sommes prêts à travailler avec n'importe quel parti, à une condition : qu'il ne soit lié de près ou de loin, ni au coup d'Etat, ni à Prayut », a affirmé Sudarat Keyuraphan.

Plusieurs irrégularités ont par ailleurs été signalées. Ces élections ont également fait émerger un nouveau venu dans le paysage politique thaïlandais, Anakot Maï, le Parti du nouvel avenir, prisé par la jeunesse, qui a réalisé ce soir un excellent score avec au moins 5 millions de voix. Son fondateur, le milliardaire quadragénaire Thanathorn Juangroongruangkit, pourrait se retrouver à jouer un rôle clef.

Par Carole Izou - Radio France Internationale - 24 mars 2019