Pham Nhat Vu, ancien président d'une société d'audiovisuelle Audio Visual Global (AVG), dont le frère détient une fortune qui s'élève à 7,6 milliards de dollars selon Forbes, est le dernier gros poisson pris dans les filets de la lutte contre la corruption.

M. Vu serait impliqué dans la tentative d'achat frauduleuse d'AVG par l'entreprise publique de télécommunications Mobifone, une affaire mise au jour l'année dernière par une enquête diligentée par l'Etat. Bien que la transaction n'ait pas abouti, l'opération aurait fait perdre près de 300 millions de dollars au Trésor public, selon les conclusions de l'enquête.

La police a "décidé d'enquêter, d'arrêter et de perquisitionner la maison de M. Vu... qui a été accusé de corruption", a déclaré samedi le ministère de la Sécurité. Le montant que M. Vu aurait versé en pots-de-vin présumés n'a pas été dévoilé.

Le frère aîné de M. Vu, Pham Nhat Vuong, est à la tête de VinGroup, le plus grand conglomérat du pays comptant des centres de vacances, des condominiums de luxe, des centres commerciaux, des magasins de proximité et des supermarchés à travers le pays. Deux des principaux dirigeants de Mobifone et des hauts fonctionnaires de l'État, dont deux anciens ministres des communications ont été arrêtés l'an dernier dans cette affaire.

Le pouvoir conservateur, depuis son arrivée en 2016 à la tête du pays communiste, mène une campagne de grande envergure ciblant des cadres supérieurs autrefois considérés comme intouchables au Vietnam, l'une des nations les plus corrompues de l'Asie. Le Vietnam, l'une des économies asiatiques dont la croissance est la plus rapide, est depuis longtemps en proie à une corruption endémique. Selon le classement de Transparency International, le pays est au 117e rang sur 180 pays, derrière la Thaïlande et les Philippines, en matière de corruption.