Chaivisit Visitvekin, un moine de 67 ans, sort une fiole d'huile de cannabis de sa robe et dépose une goutte sur sa langue. Non loin de là une famille se prend en photo devant de plantureux plants de marijuana. Des scènes inimaginables il y a encore quelques mois dans le royaume très conservateur.

Mais, en décembre, la Thaïlande a franchi le pas, devenant le premier pays d'Asie du Sud-Est à légaliser la culture du cannabis à usage médical, un marché dominé jusqu'ici par le Canada, l'Australie, Israël et plusieurs états des États-Unis. La mise en oeuvre de la loi a toutefois pris du retard.

En attendant, un festival dédié à la marijuana se tient ce week-end jusqu'à dimanche dans la province rurale du Buriram, à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Bangkok. De nombreux drapeaux multicolores, tipis blancs et chapiteaux ont été dressés pour l'occasion.

Des stands proposent des feuilles à rouler ou des pipes alors que résonnent des chanson du roi du reggae, Bob Marley. D'autres exposent du matériel de serre et des éclairages nécessaires à la culture, tandis que plusieurs conférenciers devisent sur les différentes variétés de cannabis ou le contrôle de sa qualité.

Chaivisit Visitvekin fait la queue afin d'obtenir auprès du ministère de la Santé le précieux sésame qui lui permettra d'utiliser la marijuana pour soulager ses douleurs à l'épaule. «J'ai recours à de l'huile et je n'ai jamais eu aucun effet secondaire», assure-t-il. Surrerat Ruangnoy consomme, elle, du cannabis afin de soulager ses migraines. «Au festival, j'ai vu des personnes âgées. J'ai pris des photos et je les montrerai à mes parents» afin qu'ils comprennent mieux ma situation, relève la jeune femme de 26 ans.

Le Figaro avec Agence France Presse - 20 avril 2019